Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Nous avons appris depuis plusieurs jours que le gouvernement tchadien a officiellement déposé la candidature de la ville de N'djaména pour abriter les 7ème jeux de la francophonie qui auront lieu dans 4 ans, c'est à dire en 2013.

Depuis l'annonce de cette information, des compatriotes conscients de la situation de notre pays et des zones d'ombres qui planent toujours au-dessus de nos têtes, ne cessent de nous interpeler sur la question. Il faut dire que cette nouvelle a déjà produit son effet escompté car l'image du Tchad a depuis reçu une belle couche de peinture. En effet, beaucoup de personnes croient que le Tchad, à l'instar des autres pays producteurs de pétrole, est aujourd'hui un pays émergent, résolument tourné vers la paix, le progrès économique et de la bonne gouvernance pour tenter de relever un tel défi jusqu'à se mesurer avec des pays comme la Guinée équatoriale ou encore.... la France.

Les jeux de la francophonie regroupent une panoplie de manifestations sportives et culturelles. On peut citer pèle-mêle le tournoi de football, l'athlétisme (plusieurs disciplines), la boxe, le basket-ball, le judo, volley-ball, le tennis de table mais aussi des concours en littérature, peinture, sculpture et vernissage, contes, chansons, danses de création, ...etc.

Une manifestation de cette grandeur où participent 56 pays auxquels il faudrait éventuellement ajouter les 14 autres observateurs au dernier jeux de Liban 2009, implique forcément des préparatifs de longs mois, une organisation rigoureuse avec un personnel qualifié et expérimenté mais aussi et surtout des infrastructures répondant au moins aux normes internationales actuelles. Il y va des moyens de télécommunication modernes (retransmission par satellite, Internet à haut débit, réseau téléphonique parfait) aux infrastructures hôtelières avec des couverts aussi variés que possible). Il est cependant impératif de régler la question de l'électricité et de l'insécurité. Ces deux éléments conditionnent à eux seuls l'attribution ou non à N'djaména l'organisation des 7ème jeux de la francophonie.

2013, c'est dans 4 ans, un peu loin pour Deby. Pour le moment, le gouvernement tchadien feint ignorer voire minimiser la menace que laisse planer la rébellion de l'Est, de l'UFR. Il a lancé tous azimuts plusieurs grands chantiers dans la capitale et cherche cahin-caha à assainir les finances publiques en luttant contre la corruption, les détournements et les malversations. Aussi, Deby mise beaucoup sur les revenus pétroliers qui vont doubler voire tripler avec l'exploitation à venir des gisements de Rig-Rig et ceux du bassin de Bongor.

Pour l'heure, tout le monde prépare la guerre qui sera décisive en 2010. Sauf que le comité international des jeux de la francophonie (CIJF) devra évaluer les pays candidats (Tchad, Guinée équatoriale et France) lors d'une mission qui se déroulera entre le 15 octobre et le 15 novembre 2009. Le nom du pays hôte sera connu lors de la conférence ministérielle de la francophonie qui aura lieu du 15 au16 décembre 2009.

En clair, N'djaména a moins d'un mois pour exhiber ses atouts, rétablir l'électricité et faire régner la sécurité à N'djaména. Déjà, lors des 6ème jeux de Liban 2009, le Tchad devrait normalement avoir un stand pour promouvoir sa candidature. Aussi, lors de la cérémonie des médaillés du 5 octobre 2009, la délégation tchadienne devrait bénéficier de 3 minutes pour présenter sa candidature et enfin elle a été l'invité de marque pour la cérémonie de clôture. Malheureusement, nous n'avions pu suivre ces dernières étapes pour les commenter.

Toutefois, la candidature du Tchad est elle sérieuse ? Nous pensons que tout cela n'est qu'une opération de marketing politique destinée à redorer le blason d'un régime qui a échoué sur toute la ligne et qui se trouve à bout de souffle. Rendez-vous le 16 décembre 2009 pour le verdict. Inch allah.

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0