Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maître Madické Niang, actuel Ministre de la Justice, Garde des Sceaux du Sénégal :
"L'affaire Habré est l'une des plus vastes escroqueries
politico-fiancières de notre époque"



Dans un article publié à Dakar, le samedi 5 septembre 2009 par divers quotidiens, un certain Abdourahmane Guèye qui n’a certainement jamais mis les pieds au Tchad et qui prétend être une victime sénégalaise du régime Habré, s’est proposé de répondre à mes propos qu’il juge « injurieux et insensés ». Je profite de ce mois béni du Ramadan pour lui pardonner cet écart de langage et surtout pour l’exhorter de se mettre dans le camp de la vérité et de la probité et à lutter contre l’iniquité et la cupidité.

Ce que Monsieur Gueye a oublié de dire, c’est que la France et la Libye qui convoitaient les énormes gisements d’hydrocarbure du Tchad s’étaient déjà partager le pays lors d’un sommet tenu dans l’île grecque de la Crète. En effet, François Mitterrand et Mouammar Khadafi avaient procédé à la partition du pays de part et d’autre du seizième parallèle. Le Nord devait revenir à la Libye et le Sud que Mitterrand appelait le Tchad utile à la France. Je me souviens qu’à l’époque l’ancien Premier ministre français Raymond Barres avait sévèrement fustigé les accointances douteuses du chef de l’Etat français avec le dictateur-bouffon de Tripoli. Ironisant sur l’île de la Crète où vivait le monstre mythique du Minotaure, moitié homme moitié taureau, celui-ci déclarait que le Tchad avait été transformé par le colonialiste Mitterrand en un pays monstrueux moitié blanc, moitié arabe.

Eh bien ! C’est ce héros Hissein Habré qui a mis un terme à l’impérialisme français et l’expansionnisme libyen en chassant de son pays les deux envahisseurs. Cette humiliation qu’un chef d’Etat noir avait fait subir et à la France et à la Libye constitue l’unique raison qui pousse ces Etats à réclamer la tête de Habré.

Quand Monsieur Guèye ose prétendre que les Etats-Unis et la France « veulent participer à la justice pour essayer …. de réparer les erreurs commises dans le passé », je retiens difficilement mon indignation. N’a-t-il pas vu avec quel racisme les Américains et les Français traitent tous ceux qui ne sont pas blancs ! Dans l’affaire de l’arche de Zoé, n’est ce pas Sarkozy lui-même qui a piétiné la justice tchadienne en allant au Tchad exiger le transfèrement en France de pédophiles français condamnés et emprisonnés à N’djaména ? N’est ce pas Sarkozy qui les a ensuite graciés et libérés. N’est ce pas Sarkozy qui maintient aujourd’hui envers et contre tous les patriotes Tchadiens le régime d’Idriss Deby en échange de l’exclusivité du pétrole tchadiens ?

Les Etats-Unies, en revanche, nous donnent clairement la mesure du mépris que l’occident éprouve envers les Africains que nous sommes. Un pays que George Bush a dirigé peut-il se proclamer décemment le garant des droits de l’homme et de la justice ? Voilà un sinistre individu qui a sur la conscience la mort d’un million de morts Irakien, qui est responsable du génocide afghan, qui est l’auteur de la plus grande entreprise de tortures de siècle à Guantanamo ! Tortures que même son prédécesseur n’ose pas en rendre publiques les images si accablantes pour l’administration américaine ! Que dire encore sur le charognard de Tel-Aviv, tristement célèbre à cause des massacres de Sabra et Chatila ! Est ce que la justice internationale les a poursuivis ces derniers ? Non parce que ce sont des blancs.

Par ailleurs, en accusant la police tchadienne, la Direction de la Documentation et de la Sécurité (DDS) de l’avoir torturé après avoir volé ses bijoux, Monsieur Guèye disculpe totalement Monsieur Habré. Sait-il en effet que le chef de ses « bourreaux » était un certain … Idriss Deby ? Logiquement c’est contre l’actuel chef de l’Etat tchadien qu’il aurait dû se retourner !

Nuremberg que cite « la victime sénégalaise » n’était pas un procès destiné au chef de la IIIème Reich qui s’était déjà donné la mort. Ce fut un procès tenu pour juger tous les collaborateurs d’Hitler vivants qui avaient été arrêtés. Et Himmler, le chef de la célèbre police hitlérienne, qui occupait les mêmes fonctions qu’Idriss Deby sous Habré n’a pu échapper à ce tribunal qu’en se suicidant. Or, comme Idriss Deby n’est pas encore suicidé, pourquoi ne serait-il pas jugé lui aussi ?

Monsieur Guèye aurait dû remercier Habré d’être resté en vie après les infractions multiples qu’il a commises au Tchad. Entré illégalement en territoire tchadien en pleine guerre, il s’est livré sans autorisation à un trafic d’or, autant de délits que toutes les lois internationales répriment avec sévérité. Qu’ils s’estime heureux car s’il avait eu la même mésaventure dans le pays de Khadafi qui est l’un des principaux bailleurs de fonds des justiciers de Habré, il serait déjà mort et enterré car Khadafi ne badine pas avec les Nègres.

Je voudrais également dire à Monsieur Gueye que le Sénégal n’a jamais reçu un mandat de l’Union Africaine pour juger Hissein Habré. C’est bien le Sénégal qui avait mauvaise conscience après s’être engagé à faire le sale boulot des blancs qui est allé supplier l’Union Africaine pour obtenir sa couverture. Et puis, quel chef d’Etat africain a les mains suffisamment propres pour jeter la première pierre sur Habré. Je suis prêt à lui offrir l’enregistrement de la conférence de presse du Ministre des affaires étrangères ou celui-ci déclarait que le Sénégal allait saisir l’Union Africaine pour solliciter l’autorisation de juger Habré après avoir vainement tenté de l’extrader en Belgique. C’est donc le Sénégal, nullement concerné par ce procès, qui a pris volontairement en charge le jugement de Habré moyennant la promesse de quelques millions d’euros.

Monsieur Guèye se demande pourquoi Habré qui se dit innocent veut éviter de se présenter devant un juge sénégalais ! Je lui rappellerai que la Justice sénégalaise s’est déjà prononcée favorablement pour Habré à deux reprises. Mais, en dépit de cela, le gouvernement sénégalais a désavoué sa justice, contraint les députés à modifier notre Constitution, introduit dans notre Loi fondamentale le principe de la rétroactivité qui n’existe nulle part ailleurs et tout cela pour juger une seule personne et de nationalité étrangère !

Penses-t-il alors qu’on puisse faire confiance en une telle justice ? Pense-t-il que les Etats-Unis, la France, la Belgique, la Libye et le Tchad vont convoyer au Sénégal dix-huit milliards de francs pour que Hissein Habré soit acquitté ? Pense-t-il sincèrement que Deby qui a déjà condamné Habré par contumace à la peine de mort, qui a rasé la maison familiale de ce dernier et celles de tous ses amis, qui est prêt à mettre deux milliards de francs au Sénégal, pense t-il vraiment qu’il puisse accepter que Habré soit blanchi ?

Voilà pourquoi Habré qui est plus propre que la plus part des chefs d’Etat africains, qui doit être honoré par tous les Africains pour ses faits d’arme contre l’impérialisme occidental, ne saurait admettre un procès commandité par des Etats voyous, des droits-de-l’hommistes corrompus, des avocats pourris, des journalistes vendus, des magistrats sans foi ni loi et des victimes professionnelles. Voilà pourquoi l’actuel Garde des Sceaux, Maître Madické Niang, déclairait publiquement « l’affaire Habré est l’une des plus vastes escroqueries politico-financières de notre époque ». Enfin, que Monsieur Guèye sache qu’au terme de la loi Ezzan, le Sénégal n’est plus en mesure de poursuivre Hissein Habré à moins de violer sa propre législation.

Telle est la réponse que je voulais faire aux justiciers de Habré qui se cachent derrière de soi-disant victimes pour percevoir des millions d’euros de l’Union Européenne. Il est vrais que « ces victimes » y trouvent leur compte en voyageant en classe affaire à travers les capitales européennes et africaines, en se prélassant dans les plus grands hôtels du monde et en touchant des substantielles indemnités ! Mais ces poignées d’euros ou de dollars que les Blancs leur jettent à la figure ne les honorent pas. Le meilleur conseil que je puisse donc leur donner, c’est d’aller chercher un emploi ou de reprendre leur métier pour gagner honnêtement leur vie.

Professeur Oumar SANKHAR

Sud Quotidien n°4923 du 23 septembre 2009
Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :