Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Voilà deux mois, jour pour jour, que le mouvement national (MN) sous la conduite du Colonel Ahmat Hassaballah Soubiane avait courageusement emprunté le long chemin de la légalité. En effet, c'est exactement le 25 juillet 2009 que l'accord de paix a été signé entre le M.N. et le régime d'Idriss Deby Itno. En ce jour anniversaire, on peut dire sans se tromper que le M.N. est toujours à mi-chemin de la légalité.

Deux mois déjà que le M.N. a déposé les armes sans pour autant intégrer véritablement la légalité tant clamée et choyée par certains arrivistes du FSR. Ces derniers, comme tout le monde le sait, étaient appelés juste pour servir de bouche trou, me rétorquerons que c'est encore trop tôt pour faire un bilan, même à mi-chemin. Mais si on revisite les multiples accords signés par le régime impopulaire de N'djaména, on se rend rapidement compte que jamais un cas aussi insolite ne s'est encore produit dans ce Tchad longtemps troublé.

On pensait que le Capitaine Mahamat Nour Abdelkerim du FUC a été le parfait pigeon. Quand on pense à son raid raté sur N'djaména en mai 2006 et son ralliement surprise à Deby un an plus tard suivi de sa mise à mort politique quelques mois seulement après, on ne sait pas vraiment s'il faut en rire ou pleurer. Mais aujourd'hui, force est de constater que Soubiane est entrain de lui ravir la palme d'or.

En effet, après un plan diabolique savamment orchestré, le leader du FSR est parvenu à convaincre une poignée d'individus qu'il valait mieux être aux cotés de Deby que de le combattre auprès de Timane. Le 25 juillet 2009, il livre ses compagnons mains et pieds liés et 24 heures plus tard, il se précipité à N'djaména pour embrasser le diable en personne, Idriss Deby Itno. Pressé telle une diarrhée aigüe, Soubiane va multiplier les bavures sur toute la ligne. Du travail arabe, serait-on tenté de dire !

D'abord, il faut souligner le fait même que Soubiane soit parti sur les pointes du pied du Soudan en « abandonnant » derrière lui ses hommes, pratiquement entre des mains ennemies qui auraient pu être très hostiles. Le résultat de cette erreur est le ralliement des 2/3 des éléments du FSR à l'UFR.

Ensuite, une fois à Tripoli, il n'a pas su apporter une lecture politique sereine et critique des mauvaises intentions clairement affichées par le gouvernement d'Idriss Deby Itno. Ce dernier, n'étant pas demandeur d'une réconciliation entre frères ennemis car s'estimant suffisamment en position de force, a tout simplement ramené le MN à son plus petit dénominateur commun. Abderahmane Moussa, Ismael Chaibo et Ahmat Yacoub Dabio, rien que des bandits pour rencontrer et entendre les ex-mercenaires du FSR,  de l'UFDD/R et du MNR.

Et enfin, en rencontrant si précipitamment Deby à N'djaména, Soubiane s'est grillé, on peut même dire qu'il est maintenant politiquement calciné. Les images de son audience au palais présidentiel le 26 juillet dernier et plus tard celle d'une audience à Tripoli avec le même tyran Deby, ont donné le vomi à plus d'un Tchadien. Les combattants du MN estimés à moins d'une centaine, ont été désarmés et éparpillés entre Abéché et Massakori. Parmi eux, quelques récalcitrants ont été sévèrement corrigés. Il y aurait 6 morts et plus d'une dizaine de blessés dont le frère du Président M.N. C'est aussi cela la légalité.

Le MN, comme toute organisation obsolète, n'a pu résister longtemps son  à démantèlement. Deux mois après la signature de l'accord de paix signé sous l'égide de la Libye, de l'Union Africaine, du représentant de la CE, de la CEN-SAD, de l'ambassade de France au Tchad, … etc. Soubiane et compagnie errent toujours à l'étranger avec un statut hybride : ni rebelle, ni loyaliste. Nous savons aussi que la moisson tant espérée est très maigre. Kadhafi n'a presque rien donné (par rapport aux espérances !) et quant à Deby, il préfère prendre son temps encore avant de décider ce qu'il pourra consentir au MN.

Du coup, la déception, la suspicion et l'incertitude sont assez grandes parmi les membres du MN. Certains n'hésitent pas à critiquer vertement leurs leaders. Tandis que d'autres chantent toujours la légalité. Il y en a aussi ceux qui jurent que si jamais Deby s'aventure à toucher un seul de leur cheveux, il apprendra à ses dépens. A Ambenatna on veut bien croire à cette mise en garde mais on se demande bien comment le FSR pourra t-il encore réagir ?
Un ancien Ministre, très lié à Deby et proche du FSR, nous rassure que ce dernier n'osera pas rééditer le coup d'Abbas Koty Yacoub. Que Dieu l'entende.

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0