Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Auteur : Yacine Baddaoui
Email : yacinebad@hotmail.fr

Je voudrais me permettre de vous demander un peu de retenue. Le Tchad est notre pays à nous tous, que nous soyons nordistes ou sudistes, musulmans ou chrétiens, légalistes ou rebelles, au pouvoir ou à l'opposition, nous avons tous les mêmes droits en tant que Tchadiens (même si ce n'est pas le cas présentement) et nous aspirons tous pour que notre pays retrouve la paix et que nous puissions vivre ensemble comme cela est possible ailleurs dans le monde entier.

Si aujourd'hui, certains d'entre nous arrivent aux armes et s'entretuent, n'oublions pas qu'hier, ils étaient ensemble, ont partagé autant de joies et célébré autant de fêtes ensemble. Donc, il n'est pas exclu que ces mêmes ennemis d'aujourd'hui se réconcilient demain et vivront ensemble dans la paix. Rien n'est impossible, Dieu est Grand !

Il s'agit ici de dire ce qui ne va pas. C'est un droit absolu inhérent à tout un chacun. Si certains s'opposent, c'est qu'ils ont leur raison. Si les autres se défendent, ce n'est que normal. Il faut donc d'abord s'écouter, ensuite s'expliquer et en fin se comprendre pour trouver la solution. Mais tel que le débat se déroule aujourd'hui sur nos blogs et sites, j'ai l'impression que nous nous sommes « volontairement » enfermés dans un cercle vicieux où tout est itinérent et personne n'écoute l'autre. C'est toujours les mêmes histoires.

Comment se fait-il que les intervenants, pour la plupart des gens ayant un niveau d'instruction suffisamment élevé, n'arrivent pas à trouver un noyau commun, ne serait ce que autour de la nationalité. Quel que soit le problème qui oppose les Tchadiens, il y a forcément un point de convergence où tous les Tchadiens, sans exception, doivent s'accorder. Je pense que tout le monde a besoin de la paix pour vivre et vaquer tranquillement à ses occupations. Le reste n'est pas une chose extraordinaire et se discute.


Il faut donc que les gérants des sites et blogs nous trouvent une formule toute nouvelle pour canaliser les idées et permettre des débats constructifs. Je ne sais pas comment mais il faut qu'on réfléchisse ensemble. C'est en cela qu'ils seront encore plus utiles.

Nous devons désormais éviter les débats et querelles stériles, il y va de l'intérêt de notre pays et de celui de nos enfants. Certes, il y a des gens qui aiment cela et aussi il y en a qui entraînent volontairement le débat dans ces impasses car c'est leur « mission ». Je suis désolée mais c'est la vérité. Le Tchad n'appartient à personne et ne se limite pas seulement à la présidence de la République. Quand je pense à mes frères et soeurs, Barkaï au Tibesti, Kakaye à Mao, Yacoub à Iriba, Khamis à Mongo, Abdelbassit à Am-timane, Dénénodji à Sarh, je me demande très souvent quelle importance revêt réellement pour eux l'identité de l'occupant du palais présidentiel si leurs problèmes ne sont pas considérés, pris en comptes et résolus. Il faut véritablement que les Tchadiens s'entendent, travaillent ensemble pour construire le pays et forger des institutions fiables. L'union ou l'opposition politique ne peuvent pas être un handicap pour que les fils et filles du Tchad s'entre-déchirent en continu ou ne vivent pas dans leur pays.


Si Félix Ngoussou est Macaoura ou bien ce dernier n'est pas le premier, quelle réelle importance ? Ce qui importe, c'est certainement leurs contributions dans la recherche de la paix et mieux dans l'amélioration des conditions de vie de leurs compatriotes. Chacun veut faire quelque chose de bien pour son pays, alors donnons-nous la possibilité de le faire individuellement ou ensemble.

J'invite donc tout le monde à la raison et surtout à l'honnêteté. Discuter c'est déjà mieux que se disputer en longueur de journée, se poignarder ou se tirer des balles. Normalement, entre nous, on peut tout se dire, s'expliquer, se comprendre et s'excuser s'il y a lieu. C'est comme ça qu'on avance. En tout cas c'est mieux que d'aller dénigrer son pays auprès de ses amis étrangers en accusant les autres d'être à l'origine ou la cause de nos maux.

 

Le Tchad c'est notre pays, c'est notre affaire. S'il va mal, c'est à nous de le soigner et s'il va bien, c'est nous qui sommes heureux. J'invite donc chacun d'entre vous d'apporter sa pierre pour que le Tchad revienne sur le droit chemin. Il n'est jamais trop tard.

Je vous remercie infiniment d'avoir pris le temps de me lire.

Bien à vous.

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0