Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


En marge de son déplacement à Tripoli pour assister aux festivités marquant les 40 ans de dictature de son parrain Khadafi, le Dictateur Tchadien, Idriss Deby Itno, a sacrifié un peu de son précieux temps, pour recevoir en audience la délégation du mouvement national (MN), récemment acquise sa cause.

Nos envoyés spéciaux présents dans la capitale libyenne nous rapportent que l'audience s'est déroulée dans une ambiance joviale, marque de grandes retrouvailles entre des frères et soeurs d'une même nation longtemps divisés par le diable.

A en croire donc nos correspondants, l'audience a durée une trentaine de minutes, à cause du calendrier trop trop chargé, voire débordant de l'Emir Itno 1er. La délégation du MN, comme nous l'écrivions hier, était au rendez-vous, bien maquillée, toute belle.

Certains comme notre ami, celui-là même il n'y a pas longtemps, par le truchement d'une auto-interview, faisait les éloges du président fraîchement désigné de l'UFR Monsieur Timane Erdimi, aurait complètement disjoncté. On pourrait lui attribuer, comme ça se fait au football, l'homme de l'audience.

En effet, c'est à croire que pour notre ami, une telle cérémonie est une grande première, le goût du pouvoir a été sans nul doute un immense plaisir. Malgré le Ramadan, Monsieur s'est mis dans ses trois pièces, le gros cou bien serré, parfumé de la tête au pied, gel tête, pommade, ...etc. Il était tout brillant. Mais ce n'est pas tout, sourire jusqu'aux oreilles, éclat de rire ou applaudissement pour toute déclaration, notre ami visiblement aux anges, a ostentatoirement attiré l'attention de l'Emir Itno 1er, martelant sans relâche dans chacune de ses phrases "mercenaires", « traitres », "Djandjawides", "terroristes", ...etc. A tel point que l'Emir tchadien aurait même laisser entendre : "voilà quelqu'un qui pourra valablement assister Ahmat Bachir...".

La suite, vous la connaissez, distribution des enveloppes au couleur kaki et comme toujours en des pareilles circonstances, on se chamaille. Il y avait tellement de bruit autour de la somme à partager que nos oreilles ne captaient plus rien. Cependant, cette affaire a mis nos correspondants sur une autre affaire de gros sous qui s'est déroulée  cette fois-ci à Khartoum et dont nous y reviendrons très prochainement.

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0