Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Saleh Kebzabo est pressenti comme Premier Ministre à la place d'YSA, il a même fait le déplacement à Amdjaress pour discuter avec l'Empereur Idriss. Pour mieux connaitre ce sudiste musulman, le site Zoomtchad avait fait son portrait il y a quelques années :

Originaire du Mayo Kébi, il est journaliste de formation, il a travaillé pour Jeune Afrique et pour Demain l'Afrique mais ces 2 collaborations ont été très brèves et on ne peut pas dire qu'il s'est fait une réputation dans ce métier.


En 1980,….. il s'installe au Cameroun où dit-on il est employé par des Camerounais dans une imprimerie. Au départ de Habré, c'est la grande aventure de N'djamena-hebdo qu'il utilise comme un tremplin pour une carrière politique.

Il crée son parti ; le UNDR ancré dans l'opposition dans un premier temps, il n'hésite pas à signer un pacte avec Déby et devient ministre, ce qui lui permet d'acquérir une expérience gouvernementale qui lui faisait défaut jusque-là. Très ambitieux, malgré le fait qu'il n'arrive pas à se faire prendre au sérieux tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Quels sont ses points forts et ses points faibles ?

Points forts

Il s'est propulsé sur la scène politique en créant un journal (NDjamena-hebdo) pour faire passer ses idées. C'est une grande gueule, qui sait s'exprimer, son discours est construit et c'est un bon orateur. Il est issu d'une région où coule le pétrole, dès lors, tous les cadres se positionnent sur l'échiquier politique. Il a des députés à l'assemblée nationale, c'est un atout qu'il exploite bien.

C'est avant tout un N'djamenois, ayant des relations dans presque tous les milieux. C'est un avantage pour être bien renseigné. Il est musulman et cela lui permet de jouer la fameuse carte du trait d'union entre les deux communautés.

Points faibles

Ses idées ont été largement étalées dans son journal. C'est sous sa direction que les choses les plus horribles et les plus inadmissibles ont été écrites contre les nordistes et plus précisément contre les gens du BET. Il leur voue une haine discrète mais implacable.

En tant que journaliste et homme politique, il a fait preuve d'une habileté diabolique. Ses mots d'ordre étaient ; calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose. Il a fait de NDjamena hebdo un véritable media de la haine, une espèce d'instrument de revanche.

Pire, sa pensée en tant qu'homme politique est en parfaite symbiose avec la ligne éditoriale de son journal à l'époque. L'individu n'a pour ainsi dire guère évolué, dernières déclarations : "seules les exactions de Habré et de Deby sont avérées" ; autrement dit, Tombalbaye, Malloum et Kamougué n'ont rien fait, et cela nous rappelle un autre délire dans le même registre, celui de Dobian Assingar, ex-président de la ligue Tchadienne des droits de l'homme qui hurlait "avant Habré, la torture n'existait pas au Tchad".

Qui disait que la plus grande erreur commise par Hissein Habré a été lors de son arrivée au pouvoir de ne pas faire état du besoin de rendre justice à tous ceux qui ont péri dans les prisons de Tombalbaye, de Malloum et de Kamougue et de leurs complices tous vivants et exerçant encore dans l'administration. En homme d'Etat, il a su tourner la page et sauver l'unité du Tchad et son intégrité territoriale plus importantes à ses yeux que des déchirements intra-tchadiens. Il en fut de même pour tous ceux qui ont aidé, assisté, soutenu et combattu aux côtés de la Libye pour verser inutilement le sang de leurs frères.

Pour revenir à notre sujet, disons qu'après avoir critiqué le régime en utilisant son journal, Monsieur Kebzabo n'a pas hésité à entrer dans le gouvernement, pour dîner à la table du diable, à la consternation de certains de ses militants qui ont cru à sa profession de foi.

Ils n'étaient pas au bout de leur peine quand ils ont vu leur chef chantant " Kadhafi oyé, oyé !" lors de la randonnée de ce dernier au Mayo-Kebi. M Kebzabo semble en ces instants, avoir oublié qu'il aspire à la magistrature suprême de notre pays.

L'opinion tchadienne a été surprise par les graves accusations de proxénétisme portées contre lui par le journaliste Français P. Darcourt. Kebzabo avait déclaré porter l'affaire devant les Tribunaux Français, depuis aucune suite…

Avenir

Le Tchad est désormais un pays pétrolier, dès lors il va sans dire que tous les cadres originaires des zones pétrolières vont se positionner de plus en plus sur la scène politique, faisant valoir leur représentativité. La concurrence sera rude pour M Kebzabo qui risque d'être marginalisé …

Envoyé par Amadou Abdallah

Tag(s) : #Rumeurs

Partager cet article

Repost 0