Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum, Secrétaire Général de l’ACTUS/prpe, confie sa vision de la politique internationale, de la lutte armée et de l’avenir du Tchad.
Par: Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum

 

Dans notre première édition de portraits pour des citoyens tchadiens qui ont marqué la vie politique de notre patrie par un engagement sincère, nous avons omis d’annoncer que chaque portrait sera suivi d’une interview du concerné parce qu’un portrait, comme son nom l’indique, ne pourrait répondre à toutes les éventuelles questions que se poseraient les lecteurs. Il est vrai que même complété par une interview, il y aura toujours des questions à poser.

Aujourd’hui, après avoir brossé un portrait pour notre camarade le Dr Ley-NGARDIGAL Djimadoum, nous lui avons demandé de répondre à un certain nombre de questions. Notre interlocuteur a bien voulu répondre à toutes nos questions, mêmes les plus impertinentes. Nous le remercions pour cela.

D’autre part, les recherches sur la personnalité de notre héro national, le Dr Outel Bono, sont très avancées. Nous espérons, dans les jours qui suivent, mettre en ligne ce que nous avons connu de cet intrépide patriote qui a payé de sa vie l’amour pour sa patrie. Son portrait, tenez-vous bien, sera suivi d’une interview aussi. Entre temps, nous prions toute personne détenant des informations concernant notre héro, des photos etc… de nous les envoyer dans le but de nous aider dans cette tâche qui, du reste, nous est pas facile.

Suivons ensemble l’interview
du Dr Ley-NGARDIGAL Djimadoum.
Al-Ifrighi


1- Al-Ifrighi: Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum, nous allons commencer par ce qui nous parait le plus important. Vous êtes communiste et soutenez toujours la lutte des Tchadiens qui ne connaissent même pas qui est Marx. Comment expliquez-vous cela ?

Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum (LND) : Nous remercions au préalable le journal tchadien en ligne «Al-Ifrighi» de réaliser cette interview. Le Marxisme est une science sociale théorisée notamment par le Grand philosophe allemand Karl Marx, son ami Friedrich Engels et d’autres révolutionnaires du 19ème siècle. Ils ont étudié les conditions de vie des travailleurs de cette période de la révolution industrielle en Europe où les ouvriers furent exploités cruellement par les bourgeois et capitalistes.

Comme toute science ou tout savoir, le Marxisme ne peut s’acquérir que par l’apprentissage par conséquent les Masses populaires tchadiennes s’approprieraient inévitablement de cette science sous le feu de l’action. La naissance d’une certaine conscience diffuse contre l’injustice et l’exploitation dont elles sont victimes par les régimes successifs valets de l’impérialisme, est déjà une prédisposition à la pratique du « Marxisme embryonnaire ». Ces révoltes spontanées des populations dans toutes les régions du Tchad depuis 1966 ont pour dénominateurs commun, la lutte contre les injustices. Certains patriotes progressistes ou « marxisants » mais ultra minoritaires, d’autres poussés par des sentiments corporatistes… ont été les acteurs majeurs de ces révoltes.

Ces révoltes populaires ne peuvent être transformées en révolution nationale consciente et organisée que si un Parti révolutionnaire d’avant-garde en prend la direction. Cette révolution nationale populaire et démocratique qui serait la première phase de cette libération du Peuple, serait l’œuvre d’un large front des Progressistes parmi lesquels les Communistes. C’est ici que notre devoir de militant révolutionnaire, communiste prend tout son sens : la conscientisation du peuple sur les conditions matérielles de son ex
istence,de son exploitation, des pillages des ressources du pays par l’impérialisme et ses valets locaux…à la lumière du Marxisme est notre devoir.

Notre soutien indéfectible aux luttes (révoltes) du Peuple tchadien participe à cette logique de transformation et de justice sociale au bénéfice des Masses populaires. Dans cette lutte contre l’impérialisme et leur homme de main, le tyran Déby qui opprime notre Peuple. Dans cette conjoncture de lutte de classe, nous pensons objectivement que pour nous Communistes, nos alliés sont du côté de ceux qui ont pris les armes contre la dictature pour libérer les Masses populaires. Nos compagnons de lutte sont les vaillants combattants des Forces de résistance nationale (FUC, CMU, AN, UFR).

C’est dans cette optique d’un Front commun de l’opposition contre le
dictateur Déby que notre Parti,l’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme/Parti Révolutionnaire Populaire et Ecologique (ACTUS/prpe) a adhéré à l’UFR le 19 février 2009.

Nous ne faisons guère l’apologie de la violence. Mais quand la guerre nous est imposée par le dictateur Déby, le Peuple a le droit à la légitime défense pour anéantir l’agresseur. Face à un sanguinaire qui refuse obstinément toute conférence inclusive de paix malgré les multiples propositions faites par l’Opposition, nous n’avons pas d’autres alternatives que celle de recourir à la lutte armée, seule alternative crédible de libérer notre Peuple de la tyrannie. Nous réaffirmons ici notre position qui n’a jamais été démenti à ce jour sur la scène politique nationale.

Le dictateur Déby est l’Homme du bradage des ressources naturelles du Tchad aux multinationales, suivi des conséquences lourdement préjudiciables pour notre Peuple. Nous communistes et notre Parti, l’ACTUS/prpe, inscrivons notre lutte politique dans un processus dont l’objectif est la réappropriation et l’utilisation rationnelle de nos ressources naturelles de notre pays.

Les bilans annuels des bénéfices des multinationales se chiffrent à plusieurs milliards de dollars qui proviennent des pillages systématiques des ressources naturelles. Nous estimons que l’imposition de ces dictateurs aux Peuples du Sud par l’impérialisme est un crime contre l’humanité. En effet, les Masses populaires sont ainsi dépossédées de ses ressources naturelles car les accords signés par ces tyrans sont des conventions d’établissement d’asservissement au profit des multinationales.

Le néolibéralisme ou le capitalisme a causé des dégâts incommensurables dans les sociétés.La récente crise financière mondiale en est une preuve. Les peuples se sont révoltés à travers le monde contre ce système pour aspirer au socialisme. Vous comprenez pourquoi nous communistes, soutenons les luttes du Peuple tchadien et celles des travailleurs à travers le monde pour leur libération et contre ce système politique de domination criminelle capitaliste.

2-
Al-Ifrighi: Voudriez-vous bien vous présentez à nos lecteurs et donner un bref aperçu de votre Parti, l’ACTUS/prpe ?

LND :
Docteur en Biochimie-Biologie de l’Université de Nancy à l’Est de la France, nous sommes mariés à une universitaire française, Docteur en Economie et élue politique. Nous avons quatre enfants. Nous résidons actuellement avec notre famille en France où nous sommes Professeur de Biochimie. Tel est notre sommaire biographie car c’est qui est important pour nous c’est de parler de notre projet de société et de l’avenir du Tchad.

En ce qui concerne l’historique de notre Parti, l’ACTUS/prpe, nous tâcherons de vous donner quelques éléments essentiels pour votre compréhension :

A partir de 1994 un combat idéologique interne très intense opposa deux courants idéologiques de l’ACTUS. Nous fûmes alors démocratiquement élus Secrétaire Général de l’ACTUS au Congrès extraordinaire de Lyon en 1996. Nous sommes le Leader du courant révolutionnaire communiste qui a été à l’origine idéologique du Parti. Notre courant affronte l’aile réactionnaire, révisionniste et alliée du dictateur Déby qui est animée par le Dr Fidel MOUNGAR. A l’issu de cette longue bataille politique et révolutionnaire de plus d’une décennie, une clarification fut faite : L’ACTUS se scinde alors définitivement en deux Partis distincts. Conformément à la résolution N°2 de la Conférence extraordinaire des 2 et 4 février 2009 à Amiens, fut créée, l’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme Parti Révolutionnaire Populaire et Ecologique (ACTUS/prpe) à laquelle nous avons été élus Secrétaire Général. L’autre Parti, ACTUS allié du tyran Déby continue et reste sous la férule du Dr Fidel MOUNGAR.

L’ACTUS/prpe du Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum est résolument ancrée dans l’Opposition radicale au sein des Forces de résistance nationale. C’est ainsi qu’elle adhéra à l’UFR le 19 février 2009 qui s’organise militairement à l’Est du pays pour libérer le Peuple tchadien de la tyrannie du Président Deby.

Notre position inflexible et incorruptible nous a attiré les foudres du pouvoir et de ses alliés ou taupes dissimilés au sein de l’opposition. C’est ainsi que vous avez-avez assisté il y a bientôt une année à un véritable lynchage médiatique, une campagne ignoble et inédite dans les annales politiques tchadiennes : dénigrements, mensonges grossiers, diffamations d’une rare bassesse humaine visant notre famille (notre épouse, nos enfants encore mineures, n’épargnant pas de surcroît la dernière qui n’avait que deux ans !), je fus qualifié de clochard,...Des menaces de mort ont été proférées. C’est répugnant pour des prétendus intellectuels, qui, faute d’arguments politiques solides et fiables font usage des procédés nauséabonds et basculent dans l’indignité humaine. Nous avons saisi la justice et l’affaire suit son cours.

Lire la suite de l'interview sur le site Al-Ifrighi 

Tag(s) : #Politique