Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne grimper pas dans la charrette de la haine, avec de gros rires, de plaisanteries. Tu te lances de toutes tes forces, mais, sans parler du galop, c’est au pas que tu y arrives à peine, tu te traînes juste, tu gémis et tu s’affaisses sous les coups de l’UFR.

On dit souvent que l’éclipse de la raison et la chute de la volonté se saisissent de l’homme comme une maladie. Est-ce que la maladie engendre l’homme, ou bien l’homme lui-même qui, d’une façon et d’une autre, par sa nature particulière, s’accompagne de quelque chose comme une maladie ?

Tu es si furieux, et enragé,
tu (BILYAT, CHAGRA) te moques les morts de Tchadiens comme tu pensais réellement qu’ils allaient se mettre debout à coté de toi.

En épluchant les
oignons (GUINGUILIM, ABECHE, SOUWAR-WAGA), n’avez-vous pas compris que tout le monde pleure. Il y a de certaines armes qui nous trompent souvent nous-mêmes après avoir trompé les autres.

Il n’existe pas d’animaux plus sauvages, plus mesquins, stupides, infâmes, pitoyables,
égoïstes, envieux et ingrats que ce chagra à la tête de l’UFR. Il est le plus grand des lâches, car il a peur de lui-même.

Il n’est pas prudent de se lancer dans des aventures, avant d’avoir
l’expérience.

Aussi vaut-il mieux se limiter raisonnablement à son entourage, ce qui n’empêche pas "peut-être" d’augmenter d’autres falsificateurs, grâce à la zakhawienne et en profiter de l’expérience.

Après DEBY, ISMAIL CHAIBO, MAHAMAT ALI ABDALLAH, l’actuel tête pensante  de l’UFR en sait quelques choses concernant l’arrestation du Pr IBNI OUMAR
.
Quand on était petit, on nous a toujours appris qu’il ne fallait pas mentir. Mais en grandissant, on a su que toutes les vérités n’étaient pas bonnes à dire…

Il fallait savoir si on gagne en participant directement en Février 2008
à l’enlèvement du Pr IBNI OUMAR MAHAMAT SALEH et combien, voir ce qui rapporte le plus, ce qui rapporte le moins, ce qui ne rapporte pas du tout.

Il se souvient de cette période et de tout ce qui lui était arrivé ces jours-
là, minute après minute, point après point, détail après détail.
Il n’arrivait pas du tout à comprendre et à s’expliquer pourquoi, il l’était, alors qu’il lui aurait été tellement plus profitable de rentrer par le grand chemin.

Nous sommes
sidérés, jusqu’à en être superstitieux, par cette circonstance, même si, au fond, n’était pas très extraordinaire, même qui, par la suite, lui sembla toujours comme une sorte de prédestination de tout son sort.

Pour en finir, cher
 : "tu vas périr comme ton oncle YOUSSOUF TOGOIMI, notre groupe ne peut te gracier en aucun cas même si tu  nous donnes tes sœurs.
Tu veux venger tes sales TOUBOUS, on t’attend de pied ferme à N’DJAMENA".

TOGOIMI, paix à ton âme, les Abéchois ne t’oubliront jamais, nous sommes très fiers de vous. On t’a tué, les zakhawas t’ont assassiné. DJEROUA ABDOULAYE t’a tué, ils se fouettent et se fouettent entre eux, ils ne savent même plus avec quoi ils peuvent te battre, tellement qu’ils sont fous, qu’ils sont souls.

Djeroua, tous les Tchadiens (sauf vous ) pleurent, nos larmes coulent, tu ne sens rien, tu vas t’ecrabouiller, tu auras une âme trouble et obscure.

CHIDI, viens, ne regarde pas.

Ce pauvre Djeroua ne va pas bien. Il s’étouffe, tu l’as crêvé par ton STYLO.

INCH ALLAH, nous vous vengerons.

MAKATOUGOULI    
Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :