Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A quoi servent les fanfaronnades du Dr Albousaty ?

En parcourant les analyses et les interviews du DR, le lecteur perçoit que le monsieur se vouait pour un prophète dans le milieu de la résistance auquel il était admis à partir de son exile en Afrique de l’ouest.

Notre Dr, tient un langage aussi critique que raisonnable à  l’égard des ses compagnons qui ne sont autres que ses frères nordistes révoltés contre un autre frère cruel, appelé  IDT. Celui-ci, dictateur de son état a mis le pays à sac grâce à la complicité de ces mêmes dissidents pendant un bon temps de l’histoire du pays.

En revenant, au sujet de mon intervention, il y s'avère intéressant que je m’atèle sur un seul point, celui de la définition donnée à la révolution par ce Mr., comme étant « un mouvement d’ensemble opère par une catégorie  de la société  concernée d’un pays donné », paru dans son article intitulé “les possibles causes des échecs successifs des révoltes Tchadiennes”. Justement cette   lutte des classes concoctement attribuée  aux deux peuples Tchadiens, l’un dédaigneux (zakawa) et l’autre haillonneux (le reste des tchadiens) bien qu’elle reste au stade embryonnaire.
A cet effet, le lecteur à travers les lignes (et non entre les lignes) qui suit, est tout à fait d’accord avec le Dr sur la théorie ou l’analyse faite sur l’état actuel de la résistance actuelle.

Néanmoins,  une révolution est par essence, une école qui a besoin des matériaux tant intellectuels que politiques pour ainsi déterminer une action éducative au peuple afin de lui servir les moyens adéquats et au moins lui permettre de saisir le fond des problèmes et à défaut tracer leurs solutions consécutives. C'est à dire une idéologie politique soit-elle wahhabite (Timane Erdimi) avec un programme clair auxquel les intéressés s’en tiennent pour conquérir l’ensemble des acquis politiques.

Donc, cette hypothèse est valable par ailleurs, au nombre des résistants de l’Est appelés rebelles. Ils sont pour la plupart issues en effet des milieux populaires actuellement muselées par le despotisme Debyenne. Car ces résistants se caractérisent par leur soucis de libérer le peuple martyr et jouent à mon avis, (bien qu’il y a des brebis galeuses), un grand rôle dans la lutte contre les effets pervers des Itnos.

Ce qui frappe avant tout, c’est que malgré les 4 ans et demi  mis par Mr Albousaty dans l’Est ne l’ont pas du tout édifié, et pourtant pendant tout ce temps, il est sous la coupe des ces aventuriers et avait gouté dans toutes les sauces (FUC, UFDD, UFR, toujours avec en main son volcan sous terre). Donc, Il n’y a pas raison qu’il se soit tenu à l’écart de ces échecs et de quoi il est capable ?

Par ailleurs, dans presque toutes les formes des résistances armées, la première phase de la lutte est toujours physique mais n’empêche qu’elle soit couronnée par des actions éducatives, sensibilisatrices, médicales, communicatives…dont  elles peuvent bien lui confier au terrain et mais pas à Khartoum.

Malgré ce schéma complexe, on ne se permet de qualifier ceux qui bravent les situations au prix de leur vie de tous les noms des oiseaux d’augures à moins qu’on travaille pour le compte du Debyisme (ANS) pour ne pas dire Albechirisme (Amni).

Pour finir, le seul moyen de libérer la société opprimée, c’est celui avant d’accepter le mort et puis après appliquer la théorie révolutionnaire ou démocratique.

Arabo Djamal
Resistant de l’EST

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0