Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


La Cour permanente d’arbitrage (Cpa) de La Haye a accordé mercredi au gouvernement soudanais le contrôle de presque tous les principaux champs pétroliers dans la région disputée d’Abyei, où des violences avaient éclaté l’an dernier entre les forces de Khartoum et les anciens rebelles du sud du pays.

Cet arbitrage constitue un test crucial pour l’Accord de paix global, conclu en 2005, et destiné à mettre fin à 20 ans de guerre civile entre le Nord et le Sud-Soudan. Les deux parties ont annoncé qu’elles acceptaient la décision.

La région d’Abyei, riche en réserves de pétrole et en pâturages utilisés par les nomades du Nord et du Sud, a subi une flambée de violence depuis l’accord de paix. Le gouvernement de Khartoum et les anciens rebelles du Sud avaient demandé à la Cour permanente d’arbitrage de définir les frontières de la région après des affrontements en mai 2008, au cours desquels 22 soldats pro-gouvernementaux avaient été tués. La majeure partie de la ville d’Abyei avait été réduite en cendres et 50.000 habitants avaient été contraints à fuir.

Les cinq membres de la Cpa ont maintenu la limite nord de la région telle qu’elle avait été fixée en 2005, mais à l’est et à l’ouest de la zone, les champs de pétrole d’Heglig, ainsi qu’un pipeline, ont été placés sous le contrôle de Khartoum.

Dirdeiry Mohamed Ahmed, le chef de la délégation représentant le gouvernement à La Haye, a qualifié cette décision de victoire. Riek Machar Teny, l’un des représentants des anciens rebelles du Mouvement Populaire de Libération du Soudan, a déclaré qu’il acceptait la décision de la Cour. «Je pense que la décision est équilibrée. Nous devons la respecter», a-t-il expliqué à l’Associated Press. «Je pense que cela va consolider la paix au Soudan. C’est une victoire pour le peuple soudanais et une victoire pour la paix.»

L’accord de paix de 2005 a accordé un régime de semi-autonomie au Sud-Soudan, mais il n’a pas résolu la question des frontières de la région d’Abyei, ni de son statut.

La France «appelle les deux parties (...) à pleinement mettre en œuvre cette décision dans les plus brefs délais. Elles doivent tout faire pour l’appliquer localement», a réagi le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué, qui précise que la France a versé une contribution de 100.000 euros au fonds d’assistance financière de la Cpa.

Source : Ap
Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0