Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sujet de l’Éducation est déjà couvert par une pléthore des compatriotes intellectuels dont le grand frère Enoch Djondang dans le passé et Mr. AlKongarena récemment et que je n’ai rien de pertinent à ajouter à tout ce qui a été écrit. Mais au moins je vais me défouler. Apparemment notre pays le Tchad n'a pas eu une reforme scolaire depuis longtemps. Est-ce que la reforme scolaire qui existedéjà respecte bel et bel les petites règles d'apprentissage? Est-ce qu'elle repose sur les mêmes principes que des reformes similaires lancées dans quelques pays occidentaux (France, Belgique, Suisse)? Ou bien est-ce qu'elle ressemble plutôt aux reformes de quelques pays arabes (Arabie Saoudite, Égypte, Soudan)? Quelque soit la réponse à ses 2 questions, il s'avère qu'il y a une grosse différence entre l'éducation tchadienne et celles des pays cités ci-dessus.

Dans ces pays avancés, des qu'on voit que les
résultats scolaires piquaient du nez, on arrêteimmédiatement la machine pour voir qu'est-ce qui ne va pas chez les élèves ou étudiants. La bas au Tchad, les responsables de l'éducation continuent de boire leur GALA jusqu'a' la lie. Pire encore, depuis un certain temps, les élites de notre société ont une grande peur de l'Échec et on dirait qu'ils ont un profond complexe d'infériorité face a' la culture. Donc ils essaient de faire passer au maximum desétudiants même si ces derniers n'ont pas le niveau nécessaire.

A titre d'exemple, en 1998, J'
étais candidat au BAC. On était entre 90 et 100 élèves en TD. Durant l'année scolaire, ceux qui ont eu le moyen de passage (10/20) étaient autour de 30 élèves. Je pèse mes mots. Nous avions 10 '' TOM'' dans la classe mais 70% de mes camarades auraient été des ratésd'office ! Autour de 5% de mes camarades n’ont pas eu la fameuse moyenne de 5 (5/20). A Abéché en ce temps toute personne qui trouvait une moyenne de 5 ou moins serait exclue définitivement du Lycée. Il y'avaient des camarades qui ne sont pas capables de poser une seule bonne question aux professeurs. Je connais des camarades qui n'ont posé aucune question durant toute l'année scolaire. La raison principale c'est qu'ils ne sont pas capables.

A la surprise
générale, 90% de nous avons réussi au BAC. Incroyable mais vrai. Par contre dans des pays comme le canada il faut au moins 60% (12/20) pour passer. Pour cette raison quand certainsétudiants tchadiens sans niveau trouvent leurs bourses pour aller étudier ailleurs (dans de grandes institutions), la plupart d'entre eux occupent la queue de peloton. Conscient de notre bas niveau, il m’a fallu prendre des cours de rattrapages surtout en Maths et base en informatique avant de poursuivre les études supérieures. Ces cours de rattrapage m’ont pris 18 mois mais je ne regrette absolumentpas.

Le ministre devrait corriger les aspects les plus superficiels de la reforme «
 Tchadienne », comme l’allure des bulletins de notes. Bref il faut lancer une autre reforme et vite même si cela’ exige bcp d’argent. Il semble que tous les différents ministres qui ont passé a’ la tête de cette importante institution tournent cependant autour du pot pour ne pas dire ce qui crève les yeux : Qu’il s’agit d’un naufrage total dont nous allons tous payer le pris pour longtemps. Chaque ministre ne veut pas porter l’odieux d’admettre que c’est pendant qu’il était aux commandes que s’est enclenché ce dérapage colossale. Personne ne veut se faire dire qu’il a trop dormi en son temps, alors que s’accumulent les preuves de cet immense gâchis. Personne ne veut être le premier a’ admettre s’être trompé (pour peut-être ne pas en payer le prix politique ou pour ne pas donner des minutions a’ son successeur.)Alors on se renvoie la balle. Et les étudiants pendant ce temps? Un bachelier est incapable de faire son propre CV. Un breveté n’est pas capable de faire une demande ou des rapports. Un diplômé de CEPE ou un élève de CM2 est incapable d’écrire une petite lettre a’ ses amis. Il ne reste plus qu’a’ pleurer. Encore et encore.

Une petite
parenthèse : Le Dr. Ali Abdramane Haggar a bien su le dire : « construire des infrastructures d’accord, mais des hommes avant ». Au lieu de construire a’ coup des millions des écoles ici et la’, d’abord il faut former de bons profs et leur donner des matériels nécessaires. C’est inimaginable qu’un prof de Math du second cycle enseigne avec un seul vieux livre des années 1980 alors que nous sommes en 2000 ! Les exemples de ce genre sont plus que nombreux. Vous débloquez des millions de Fcfa, mais au lieu d’utiliser ces millions pour régler de vrais problèmes sur le Terrain, vous les utilisez pour flatter la structure dans le sens du poil. Vous faites plaisir aux bureaucrates, aux syndicats, aux fonctionnaires, aux poisseux de crayons…Il nous arrive de penser que le Tchad au grand complet souffre de cette étrange maladie. C’est toujours la structure en premier et le citoyen ensuite…

En
général le Tchad est comme une grande pyramide de plusieurs étages. Le gouvernement est tout en haut (au sommet), et les citoyens tout en bas (au pieds du Mur). Régulièrement le gouvernement lance des billets de fcfa ou des petro-cfa par ses grandes fenêtres. Les citoyens sortent alors de leurs maisons et regardent les billets tomber du Ciel. Les billets flottent tout doucement dans l’Air. Ils passent devant l’étage des fonctionnaires, qui se servent. Ils passent devant l’étage des bureaucrates, qui se servent. Ils passent devant l’étage des corporations, qui se servent. Ils passent devant l’étage des syndicats, qui se servent. Ils passent devant l’étage des plantons, Karancarangs, Bogobogos et tous les autres petits voleurs illégitimes, qui se servent. Finalement, après que tout le monde soit servi, il n’y a que quelques petits billets qui tombent dans les poches des citoyens tout en bas dans les rues !!! Donc on veut que les plus nombreux billets tombent dorénavant devant la grande étage de l’Éducation pour pouvoir donner une bonne éducation a’ nos enfants et petits enfants car ils sont l’avenir même de la patrie.

Avant que j’oublie, est-ce que le nouveau ministre est au courant du décrochage scolaire au Tchad? Est-ce qu’il s’est posé la question de savoir pourquoi bcp des
élèves et étudiants tchadiens décrochentl’école? Les raisons sont multiples. Je voudrais partager avec vous une petite causerie que j’ai eue avec mon neveu (fils ainé de ma sœur ainée). Mon neveu en classe de 2nd me reprocha l’autre jour de dramatiser : Un pompier a’ l’Asecna, disait il, gagne plus au Tchad que bien des ingénieurs ou des docteurs. Au sens strict, il a raison. Question d’offre et de demande. Et nous avons évidemmentbesoin des pompiers qualifiés. Mais le simple fait de raisonner de cette manière est révélateur d’une certaine conception des choses. Ses amis qui ont tous lâché l’école vivent mieux que lui, ajouta t’il ! Ce que mon neveu oublie, ce ne sont pas tous ceux qui ont quitté l’école vivent mieux que lui. Bref, on abandonne l’école pour mille et une raison, mais l’appât du gain, l’envie de se payer vite des choses, l’envie d’être riche au plus tôt possible est un des motifs fréquents. Je ne peux pas le prouver mais je suis persuadé qu’il est plus fort qu’au Tchad qu’ailleurs dans le Monde.

Derrière
la question scolaire, c’est tout notre rapport a’ la culture qui est en cause au Tchad. Ce n’est surement pas un hasard si les tchadiens fréquentent si peu les musées, si le relâchement généralisé de nos deux langues (officielles) écrites et parlées ne trouble pas grand monde, si enfin l’intellectuel est vu chez nous comme un docker au grand Marché de Mil. ( je m’excuse de l’expression).

Mr. Le ministre, l’
Éducation au Tchad va mal. Elle va du mal en pire. Un enfant finit son primaire sans savoir lire et écrire. Il passe au secondaire. Finit son secondaire sans savoir s’exprimer et faire des analyses ou des dissertations. Un bachelier n’est pas capable de faire des rapports. Bref veuillez redonner aux profs, aux écoles, aux commissions scolaires ( s’il en existe) le pouvoir que leur a confisqué la bureaucratie pour rendre les écoles plus souples, efficaces, adaptées et responsables que celles des autres pays pétroliers et avancés !  Une nouvelle reforme scolaire s’impose.

Pour terminer, je me permets de copier et coller quelques belles idées du directeur de publication de LibreAfrique Mr. AlKongarena qui semble mieux raisonner que moi sur certains points. Après tout je voudrais insister sur la nécessité d’une nouvelle reforme. Joe écrit : «  Les équipements techniques utilisés dans nos écoles, parmi les plus archaïques sur terre, ridiculisent la pertinence des compétences pratiques acquises en cours de formation. Conséquence : En termes de résolution autonome des problèmes, les finissants de notre École en général montrent très vite leurs limites. Il ya un terrible défaut de spécialisations, de compétences pratiques, de méthode efficiente de travail ou tout simplement de crédibilités et du sérieux. Sachant cette triste vérité, les employeurs vont chercher ailleurs des mains-d’œuvre plus qualifiées ou aptes à techniquement se mettre à jour rapidement pour répondre à la concurrence rude et pressante des nouveaux marchés. »

«
 Les violences verbales voire physiques entrainant les décrochages scolaires : les violences envers les élèves pour obtenir leur sujétion  (humiliations devant les condisciples du genre « tu ne vaux rien !» ou toute autre forme de dénigrement, manque d’écoute et absence d’encouragement )  sont des éléments qui alimentent le décrochage scolaire parce que l’élève se convainc à tord, voire par l’attitude de  l’enseignant lui-même, qu’il n’a pas sa place à l’école. »

Enfin «
 Nous ne trouvons aujourd’hui que des raisons qui doivent nous pousser à repenser notre système éducatif, le reformer totalement et lui donner de nouvelles justifications et son sens afin qu’il continue sa mission qui est celle d’instruire; de former des jeunes Tchadiens et Tchadiennes capables d’évaluer par exemple les enjeux des débats politiques et des lois qu’ils seront appelés à arbitrer ou voter; de produire des jeunes actifs, indépendants, entreprenants plutôt que passifs et dépendants. » Merci pour votre lecture et bonne journée.

Votre ami et
frère
Programmeur et Webmaster
Mahadjir.fils
Amérique du Nord.

NB : Je viens de mettre sur pied un site Web que je baptise Enfant du Tchad. Ce site sera dédié à tous les enfants tchadiens (filles comme garçons) sans distinction. Enfant du Tchad sera en ligne éventuellement. Je suis présentement trop pris mais j’essaierai de mon mieux. Thanks one more time.

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0