Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je n’ai pas une réponse approprié à cette question, mais il me semble qu’actuellement  c’est une énigme aux résistants résolument sincères et cette question est intéressante et  amusante aussi à vrai dire, personnellement je suis partagé s’il y aurait une formule intermédiaire.

Et cependant, j’ai l’ultime conviction que c’est la seule issue (on ne le dit jamais assez)  de sauver le pays de cet otage actuel, même si cela est répétitivement argumenté par la jeunesse les partisanes de la résistance qui n’ont eu aucune tâche politique dans les régimes successifs et surtout propre politiquement parler. Si on peut se permettre et croyez-moi, il n’y a pas que ces vieux chacals de la politique tchadienne qu’on les voit défilés à la tête de la résistance, et loin de là  pour que la révolte actuelle perde sa substance et fera l’objet des critiques insensés et sans proposition envers cette résistance légitime de la jeunesse Tchadienne.

Mais ici je parle de ceux qui résistants par amour de leur patrie d’apporter un changement radical et en fin le voir libre. Au fait, c’est à vous de voir mais ce n’est pas par amour de la violence que ces enfants accroupissent avec leurs armes à la main derrière les arbres et les  grottes dans cette contré du Tchad. Car ils ne rêvent que du départ de Deby et que Dieu exauce leur vœux. Pour nous, leur aspiration est légitime et leur  combat est juste parce qu’ils n’ont pas d’autres choix.
 
Cette voix d’opposition violente actuelle pour parler terre à terre, on est dans une impasse chers compatriotes. En effet, la brutalité a été imposée aux enfants du Tchad par cette façon amère de conquête du pouvoir. C’est pour cela qu’on a besoin de  l’unité des Tchadiens meurtris dans leurs âmes et elle doit s’imposer pour gagner la confiance du monde qui nous entoure et  celle des Tchadiens qui sont encore réticents sur le choix des leurs compatriotes résistants.  Cette violence doit s’arrêter mais à condition qu’elle chasse celui qui la imposer contre la volonté de tous. En fin, j’ai toujours prié pour que cette guerre sera la dernière entre tous les fils du Tchad  après Deby.
 
C’est plus qu’une évidence, voyons déjà au rabais,  sans trop s’étaler sur les évènements politiques, Il n’y a pas eu une opposition démocratiquement crédible depuis la dernière modification de la constitution qui a permis à Deby de prolonger son mandat  à l’infini, c’est ce que j’ai appelé « la boucle est bouclée». D’ailleurs même celle d’avant avait juste un semblant de crédibilité mais  pas plus, puisse qu’elle n’a jamais eu l’occasion de caresser et de jouir pleinement des activités réellement démocratique dont  les Tchadiens ont cru et espéré dans le discours du 04 décembre 1990. Alors nous voilà en vain les armes à la main.
 
Dans la même logique, on constate toujours que l’ensemble des partis politiques actuels  sont des partis satellites,  l’armée n’a rien de nationale, une gestion administrative archaïque, des commerçants invétérés, une jeunesse désœuvrée, des cadres pervers,  en sommes on ne peut qu' être déçu de la gestion actuelle du pays, c’est pourquoi la révolte du peuple est méritée.
 
On a beau cru à quelques choses au début de l’annonce de la démocratie par notre jeune président à l’époque, mais  épargnez moi des détails car le bilan politique de Deby par sa médiocrité prouve qu’on assiste au grand jour à la vulgarisation de l’opportunisme, le  clientélisme et une politique « nationale » exclusive…qui consiste à organiser des parodies d’élections qui ont fini par agacer les Tchadiens.

Dix neuf années de règne d’un clan insouciant à l’intérêt commun, on ne dit jamais assez  avec ce résultat  macabre.
Au lieu de jouer leur véritable rôle auxquel elles étaient destinées naturellement, les associations de la  société civile se sont transformées en guignols à la solde du «régime» avec des organisations des marches, des communiqués des condamnations monnayés par de l'argent des contribuables tchadiens.
Ceci  justifie t-il l’action de la Résistance comme une agression étrangère ? Quelle hypocrisie ! ou quoi dire chers concitoyens éclairés ?

Et alors qu'en même temps, les discours de Deby sont sans ambiguïté par leur  rejet du dialogue, il pense profondément que le Tchad est en paix. Le paradoxe, il l'a dit lui même par apport à l'alternance pacifique, souvenez-vous de sa fameuse phrase : "je ne suis pas venu par un billet d’Air  Afrique". C’est abérrant quand même si on constate  cet écart de langage et le balbutiement de cet homme.

Et encore, on nous dit qu'on est en démocratie avec une presse quotidiennement intimidée et  bâillonnée, des fermetures des radios sans raison valable, des  interdictions des manifestations pour des causes justes (telle que la manif des femmes contre la vie chère), des déguerpissements des quartiers de la capitale selon l'humeur du jour des autorités, bref notre pays va mal dans ce règne doré des Itno.

Toutes les indications sont au rouges selon  les rapports des institutions internationales et au vu de la réalité que nos compatriotes  vivent au quotidien, je dirais  on n’a pas besoin de fabriquer des loupe ou d’être spécialiste d' une science quelconque  pour regarder  et  alerter  ce  danger qui  sévit dans notre patrie. On pourrait utiliser tous les moyens notamment  par la volonté politique pour secourir  notre pays qui est aux antipodes chers compatriotes.

Toutefois l’évincement de ce « régime » serait évident dans la mesure où tous les compatriotes arrivent à réaliser ce chaos dans lequel Deby a entraîné le pays. Le Tchad est  doigté en  permanent défaillant et  jamais le meilleur depuis l’arrivé du MPS et il est le dernier au monde. Selon l’UNESCO, le Tchad occupe le dernier rang dans le système éducatif.
 
En outre  il figure  parmi  les sept premiers pays au monde détenteur de flambeau de la   corruption, des députés «  mandaté »  pour 4 ans  alors qu’ils  sont à leurs 7ème année, des autorités publique dédaignent  les  décisions de la justice, des hommes considérés comme de vulgaire mercenaires hier,  aujourd’hui sont des hommes d’Etat au arène du pouvoir. Il y a des multiples exemples de dysfonctionnement et des contradictions de ces genres dans les institutions du pays, bref  le Tchad est  laissé à la guise de Deby et il ne sert à rien de s’attarder dessus car l’incurie politique de ces hommes au pouvoir  n’est plus à démontrer, quant aux opposants « démocratique » certains se sont résignés et bloqués dans leurs rêve, d’autres suivent tranquillement le cri de leurs ventre, ainsi  la galerie est amusée.
Autrement dit notre pays est actuellement à la merci de la girouette avec ces autorités aux mœurs légers.

Alors voilà on est tous devant ces maux qui minent le pays et on remarque que  certains « intello » se trouvent le plaisir de s’attaquer à la révolte actuelle comme si elle est partisane ou propriété des certains Tchadiens mais non ! A notre niveau on peut dire que la question de la résistance est un droit constitutionnel et elle n’a pas raison d’être poser, puis qu’on estime être en accord avec ce droit.

L’ennemi actuel du pays est Deby et il lui appartient de convaincre les Tchadiens à ce  que les armes se taisent à jamais. Arrêtons de caricaturer l’opposition armée lorsque le mal est connu et identifié.

Par Djibrine abakar khirachi

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0