Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lettre de démission
 
Chers compatriotes,
 
Je vous écris, meurtri dans ma chair et dans mon âme et pour la mémoire des dignes compatriotes tombés et disparus pour un Tchad meilleur. Et aussi rendre un hommage  mérité aux vaillants combattants de la résistance nationale en l’occurrence : le Colonel Hammouda Mahamat Béchir ; le Colonel Sougour Djitou kouwa, au Commandant Bahar Hassan Guero et à tous ces anonymes tombés sur les champs de batailles ou faits prisonniers par les milices debyennes, aidées en cela par le mouvement terroriste MJE.

Capturés dans des circonstances ambigües par les éléments de Deby. L’image de ces deux colonels dans une même menotte comme des animaux, est une image forte au-delà de tout cliché, notre lutte doit être au dessus de toute considération clanique régionale et tribale.
 
Voilà un mois jour pour jour que nous attendions impatiemment des réactions officielles de nos responsables de l’UFR, oui un discours raisonnable, pour expliquer cet échec  car c’est comme ça qu’il faut l’appeler.

- Pourquoi ce silence, après tous ces matraquages médiatiques du côté adverse et ses alliés ?
 
- Pourquoi les quelques rares officiels de l’UFR ont communiqué, pour que les autres ne communiquent pas c'est-à-dire les engagés de la dynamique ?

- Pourquoi cette délégation composée des quelques cadres de l’UFR venus en Europe n’ont pas préféré contacter les différentes représentations et dont ignore jusqu’à ce jour les raisons exactes de leur mission ?

- Pourquoi  ce silence ?

Et pourtant il y a autant de questions qui sont restées sans réponses.  La victoire et l’échec sont la sentence d’une guerre, et la guerre c’est l’ensemble des batailles, comme disait l’autre «  nous n’avons perdu qu’une bataille ».
 
Mais là où le bat blesse c’est  que nos chefs pensent qu’ils n’ont des comptes à rendre à personne, autant des pertes humaines comme disait Anouar El-sadate  «…il ne peut avoir ni vainqueur, ni vaincu. L’éternel vaincu est l’Homme, suprême création de Dieu ». Non il faudra situer les responsabilités ou l’irresponsabilité de ceux décisionnaires de cet échec, et en tirer les conséquences. La logique le veut et la responsabilité l’exige.

Oui, pourquoi ailleurs à cause d’un seul mort d’homme ou d’une erreur grave les auteurs démissionnent ?

Comment comprendre qu’avec cette force de frappe redoutable l’offensive a été étouffée dans  l’œuf ?

Un silence qui renforce la thèse du côté adverse de nous avoir porté le coup de grâce ?
Et nous autres cherchons avec des gymnastiques incroyables à pouvoir relativiser cette attitude de nos responsables les manques des communications et des considérations aux efforts que fournissent des militants, des sympathisants, des adhérents  et même  des internautes qui ont beaucoup apporté à la dynamique de la lutte.
 
Nous l’avons toujours dit,  nous venons de loin ; lutter pour mettre fin à l’humiliation aux mépris, contre la dictature debyenne de son système et de la pratique vassale de faire la politique au Tchad. Ceci nécessite une grandeur d’âme, une autorité sans faiblesse un sursaut morale et une conscience collective. Nous l’avons réitéré que nous ne sommes pas des béni- oui  oui, ni des profito-situationnistes non plus des homo oeconomicus, nous sommes des patriotes ; animés par une loyauté civique et pensons qu’une autre attitude de faire la politique au Tchad est possible. Oui c’est pourquoi, nous ne pouvons cautionner ce qui se passe ; qui  peut s’interpréter comme du mépris, et pour dire personne n’a le monopole de la résistance. Ce qui m’emmène chers  compatriotes, on me dira que ce n’est pas protocolaire ni le moment, mais hélas !
Comme on dit : dénoncer est aussi un acte républicain.
 
Au début  de l’année 2008, j’avais proposé la composition d’une représentation en  Europe de l’UFDD/F, j’avais eu l’aval du secrétaire général adjoint du bureau exécutif   de contacter et proposer la liste, j’avais fait ce travail de concertation avec quelques compatriotes et  que ces personnes trouvent ici mes excuses, puisque au lieu que le bureau exécutif prenne une décision sur le travail que nous avons finalisé, le chargé aux relations extérieures a pris le devant et a publié sa propre liste de nomination daté de 18 juin 2008.

En nommant  représentant général Mr Sylvain Kabé alors que ce dernier n’était même  pas concerté et qui a démissionné une semaine après. Voilà une année de cela,  le bureau ne s’est  même pas retrouvé pour une réunion de prise de contact.

Cette frustration m’a poussé à me rapprocher du bureau exécutif du mouvement  pour demander des explications, la réponse était patienter on prendra les choses en main, après une année les choses ne se sont jamais arrangées, l’instinct clanique a tout simplement prévalu. Il n’ya pas photo comme l’atteste la nomination du bureau exécutif de l’UFDD/F.

Malgré la négligence et la déconsidération du bureau à mon égard. J’ai interpellé ma hiérarchie le 03 janvier 2009 lors des préparatifs des documents de l’UFR sur le fait qu’on n’est pas associé sur ce qui se passe, allant même à proposer la création d’une commission d’enquête pour détournement de denier et biens publics.
Mon mouvement qui est UFDD/F a fait les sourdes oreilles comme d’habitude. Cela dit,
j’interpelle le président de l’UFDD/F sur le bien fondé de notre lutte, sur l’étouffement de tout ce qui peut nous conduire à la postériorité. J’approuve que je ne suis pas en mesure de dévier la ligne politique à la quelle j’ai tout dévoué ma personne. Je me vois transgresser mes principes et aussi les convictions que je me suis moi-même édictés …la loyauté. 

Vous écrire  pour vous signifier ma demande de démission de l’UFDD/F et de facto de l’UFR. Après 3 mois d’observation et de méditation, je démissionne parce que j’ai échoué à faire coordonner ma conscience et mes capacités à servir cette UFR, dirigé par  Mr Timan Erdimi, n’est autre que l’artisan du système clanique qui s’est restreint est devenu familial. Comment comprendre le dernier communiqué de l’UFR  de  rendre  à Bongo cet hommage qu’il n’a jamais mérité, paix à son âme ?
Noël Mamére disait à cela « Tous ceux qui sont attachés à la démocratie ne pleureront pas la mort du président Bongo, et d’ajouter qu’avec lui « C’est un pan de l’histoire de la France-Afrique qui s’effondre». Et nous citons : "Ta liberté naitra de ton courage…".

Je garde  confiance à ces cadres qui ont foncé, hypnotisé par l’ivresse du changement, notre amour au vrai changement doit nous être auto-correcteur. La passion a emporté sur la  raison.

J’ai compris qu’il fallait temporairement partir du Tchad pour chercher et trouver les moyens de ma politique au lieu de vivre dans le déshonneur, le ridicule et la lâcheté. Tout ceci m’emmène à vous dire Mr le président que vous êtes entrain de vous égarer. Ce n’est pas du tout de la real politique que vous faites mais une erreur stratégique monumentale que vous commettez. Je respecte votre choix de suivre et de cautionner et même si ceci et le choix de vos collaborateurs je m’incline également en leur souhaitant bon vent. Mais, pour la mémoire de ces milliers des martyrs, je ne me permettrai jamais d’être partie prenante à cette forfaiture immonde contre notre patrie. 

A  quoi ça sert de critiquer la gestion mafieuse de Deby pour que  par la suite se soumettre à l’un des artisans de ce système de la faillite politique, économique, sociale, intellectuelle et morale du Tchad ?

Considérons que les hommes changent ; comment comprendre que Mr Timan a préféré rebrousser chemin en février 2008 que de voir un autre tchadien à la tête de ce pays N’est ce pas disait-il « mes parents baisseront les armes si c’est moi le président du Tchad ». Et  les autres tchadiens n’ont-ils pas droit ?

Nous avons tous  fait des efforts et des concessions, le fait de l’accepter comme président de l’UFR. Mais Mr Timan a montré ses limites, en  bon  élève  jésuite il  doit  assumer son échec et démissionner, c’est cela la responsabilité.

A quoi  toutes vos années de privation dans l’opposition vous ont-elles servi  Mr le président  de l’UFDD/F ?

Pour toutes les raisons évoquées supra et ayant le sentiment de soulager ma conscience, ne pouvant accepter de prendre part à la forfaiture qui se trame actuellement contre le peuple tchadien et qui nous coupera de la base. Je sais de quoi je parle.

Notre volonté et motivation  pour le vrai changement sont incommensurables, nous restons déterminés quand à la poursuite de la  lutte contre le collabo Deby  ces imposteurs et leurs actionnaires. Et les jours à venir  nous déciderons notre adhésion au mouvement qui répond à nos aspirations.
 
Je vous prie d’accepter cette lettre de démission,
Sincères salutations.
 
Abakar ASSILECK HALATA 
« A cœur vaillant rien d’impossible »

Ps : A ce jour, l’assassin de Ibni Oumar n’est pas arrêté est jugé ? 
      A ce jour, les enfants victimes de l’enlèvement de l’arche de zoé ne sont 
      pas dédommagés ?
    
 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :