Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rappelons qu'en février 2008, les principaux mouvements armés contre le régime fantoche de N'djaména étaient parvenus jusqu'aux alentours du palais présidentiel où le gourou des lieux se serait même contraint de se terrer comme un rat dans un lugubre bunker durant 5 jours. Idriss Deby Itno, puisque de lui qu'il s'agit, a eu son salut que grâce à une mauvaise coordination qui n'a pas permis la finition de l'affaire. Bien sur on a évoqué toutes sortes de choses pour expliquer cet historique échec. Mais passons.

Retenons tout de même qu'une CMU avec trois têtes portait déjà les germes de la défaite sinon au mieux elle présageait une prise en charge difficile du pouvoir exécutif. Néanmoins, reconnaissons que la CMU a démontré qu'une fois unis, les rebelles pourraient marcher sur N'djaména sans grandes difficultés.

L'UFR est donc la réponse à toutes ces questions. Elle dispose des atouts de la CMU et peut-être même plus. L'équation d'une présidence à trois têtes a été résolue avec la nomination d'un président et de deux vice-présidents. Quelle que soit la manière avec laquelle le choix a été opéré et les critiques qui ont accompagnées la désignation du président de l'UFR, en l'occurrence M. Timane Erdimi, en fin de compte, l'essentiel des forces combattantes de la rébellion de l'Est a été réuni, brassé et mis sous un seul commandement.
Et n'eut été le volt-face du Colonel Hassaballah Soubiane, chef du FSR et les remous au sein de l'UFDD avec le clan des kanembous qui ont abouti à la création d'une troisième aile dissidente appelée UFDD/R, on aurait pu parler d'une union parfaite.

Toutefois, le FSR a vu certains de ses éléments partir pour intégrer l'UFR. C'est la même chose avec l'UFDD/R dont certains éléments avaient regagné les rangs de l'union avant le début des offensives du mois de mai dernier. Des informations ont même fait état d'une mise en résidence surveillée de ces leaders à Khartoum afin de ne pas gêner les autres qui ont décidé d'évoluer ensemble.

L'offensive de l'UFR, comme vous le savez, a tourné court. Les explications, à notre avis, ne se trouvent pas seulement du coté de la rébellion. Elles sont plutôt chez l'ennemi. En effet, face à l'UFR qu'avons nous ?


- Une armée tchadienne de près de 30.000 hommes, très ethnicisée, une véritable opération de mercenariat à grande échelle. Vous y trouverez toutes les composantes de la société tchadienne;

- Les rebelles Darfouri du MJE, presque 4.000 hommes suréquipés qui se battent sans retenue pour la survie du régime Deby, parrain de leur lutte au Darfour;

- Les royalties du pétrole qui permettent au régime Deby de s'offrir des engins de guerre d'occasion (hélicoptères, chars, BM21, …), l'achat de conscience aussi bien sur le plan national que international (les politiques, médias, Ong), des enrôlements forcés fréquents,...etc.

- Les mercenaires de diverses nationalités payées rubis sur ongle et figurez-vous en fonction de nombre d'obus tirés !

- Les forces françaises de l'Epervier qui fournissent les renseignements militaires, le transport des troupes et du matériels de guerre, l'évacuation des blessés, mais aussi interviennent avec des frappes millimétrées grâce aux coordonnées GPRS transmises par les avions (Mirage, Breguet Atlantic) et sans oublier la sécurité de Deby quand il s'aventure sur le champ de bataille.

- La France apporte aussi le soutien de la françafrique qui monte au créneau pour ameuter l'opinion internationale (c'est Abdoulaye Wade qui joue le clown en ce moment)

- La Libye du Colonel Khadafi apporte armes, munitions, argents et tout le soutien de la CEN-SAD (22 pays africains qui éprouvent des graves problèmes alimentaires).

- Les Etats-unis et Israël soutiennent Deby et le MJE pour régler leur compte avec le Soudan d'El Béchir. Les USA exploitent le pétrole tchadien.

- La Commission Européenne (C.E.) contribue à asphyxier le peu d'activité politique qui existe au Tchad en bayonnant l'opposition démocratique représentée par des hommes comme Salibou Garba, Saleh kebzabo.

Comment peut-on alors nous expliquer sérieusement qu'un seul mouvement armé puisse valablement s'opposer au régime Deby et ses puissants alliés ?

Comment comprendre que des gens bien au fait de la réalité des choses se permettent de se voiler ainsi la face et faire la promotion de l'action en solo ?

Les sondages que nous avions initiés, même si le nombre de participants était négligeable, montrent que l'UFR doit être maintenue et renforcée politiquement et militairement. Les Tchadiens font confiance à l'UFR qui, rappelons-le, regroupe 7 mouvements armés.

Le FSR affirme son appartenance à l'UFR mais conteste le leardership de Monsieur Timane Erdimi. Beaucoup de problèmes d'ordre organisationnel et politique deumeurent encore et méritent d'être soulevés et résolus.

A l'instar du CCFAN qui a tenu son congrès à Aram-kollé, des FAP à Bardaï, du MPS à Bamina, du MDJT à Sebha en Libye, il est impératif pour l'UFR d'organiser à son tour son congrès. Cela lui permettra d'une part de reconfigurer son bureau, de redéfinir sa politique et d'autre part d'offrir une chance aux autres mouvements d'intégrer la grande famille anti-Deby en tranchant librement et unaniment sur leurs doloéances.

L'unité des mouvements rebelles est indispensable et incontournable pour faire face au régime Deby et ses puissants alliés, ennemis du peuple tchadien.
L'UFR vaincra.

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0