Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le chef rebelle soudanais du Front uni de résistance (FUR) a comparu de son plein gré, lundi, devant la Cour pénale internationale (CPI). Une première pour cette institution. Bahar Idriss Abou Garda est soupçonné de pillage et d’avoir dirigé – avec deux autres chefs rebelles - une attaque contre des soldats du maintien de la paix de l’Union Africaine à Haskanita, dans le nord du Darfour, le 29 septembre 2007. Une attaque que le chef du FUR, faction dissidente du Mouvement pour la justice et l’égalité (MJE), dément avoir perpétrée.

L’instrumentalisation politique Pour Roland Marchal, politologue spécialiste de l’Afrique et chercheur au Centre d’études et de recherches internationales (CNRS), l’attitude du chef rebelle trahit des intérêts politiques. « Bahar Idriss Abou Garda s’est présenté pour deux raisons. D’abord, parce qu’il a des preuves et qu’il est sûr d’être innocenté pour cette attaque. Et puis, parce qu’il veut damer le pion à ses opposants politiques, notamment Khalil Ibrahim, le chef du Mouvement pour la justice et l’égalité (MJE), en l’accusant. Il s’agit de se débarrasser de quelqu’un politiquement », explique-t-il. Le président du FUR, qui fait l’objet d’une citation à comparaitre était arrivé, dimanche, aux Pays-Bas. Le 20 novembre 2008, Luis Moreno-Ocampo, le procureur de la CPI, avait délivré des mandats d’arrêt contre trois chefs rebelles pour leur rôle dans l’attaque de Haskanita qui avait fait 12 morts, ou des citations à comparaître s’ils acceptaient de se rendre.

Lors de son audience de lundi, le chef du FUR a exhorté le président soudanais, Omar el-Béchir, de « venir affronter la justice ». « Il essaye de faire bonne figure : il collabore avec la Cour pénale internationale alors que le chef d’Etat de son pays semble indifférent au mandat d’arrêt lancé contre lui le 4 mars dernier », note le chercheur. A en croire son analyse, la CPI serait, dans ce cas présent, un instrument politique. « Ce n’est pas la faute de la Cour si elle est manipulée. Mais l’instrumentalisation est pratiquement inévitable quand la justice internationale vient trancher dans un pays qui est politiquement instable », estime Roland Marchal. Depuis 2003, le Darfour est en proie à une guerre civile ayant fait 300 000 morts et 2,7 millions de déplacés.

Une première pour la CPI Cette comparution volontaire est une première dans l’histoire de la CPI, au moins à deux titres. C’est la première fois qu’un chef rebelle soudanais se présente devant la Cour. Et c’est aussi la première fois que la CPI émet des citations à comparaître et des mandats d’arrêt contre des personnes qui ont tué des soldats de maintien de la paix. « Sorti du contexte politique, il est intéressant de noter que la Cour protège et défend les casques bleus qui sont là pour assurer la paix », précise le chercheur.

Le président du FUR, Bahar Idriss Abou Garda, devra attendre la décision des juges qui sera rendue après l’audience de confirmation des charges, le 12 octobre 2009.

Affaire à suivre.

Source : Afrik.com

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0