Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le clan au pouvoir à Ndjamena et ses « samsaras » de service ignorent la célèbre parole (ici renversée), « Nous avons gagné une bataille, mais nous n’avons pas gagné la guerre ». Même leurs sponsors français de l’ère « bling bling » l’ont purgée de leur répertoire mémorial.

Pas de retenue, ni de respect des usages dans ces circonstances où la mort a cruellement frappé bien de familles. Les hurlements de victoire et de joie, l’exposition de cadavres, de blessés, d’hommes enchaînés ; les fanfaronnades, les remontrances proférées à l’endroit de la Libye, de la Chine et de l’Union Africaine, les menaces brandies à l’encontre du Soudan ; toutes ces agitations largement médiatisées ont quelque chose de pathétique et comique.

Deby a repoussé la progression des Rebelles, et à l’occasion bien dopé, il veut dorénavant gagner une autre bataille, diplomatique celle-là, contre l’Union Africaine, la Libye et la Chine sévèrement critiquées pour avoir contrecarré la tentative française, au Conseil de Sécurité des Nations Unies, d’arracher la condamnation du Soudan pour sa prétendue agression contre le Tchad. Vaste programme ! C’est vrai, le ridicule ne tue pas.

De même, égal à lui-même, en plein milieu des eaux, Son Généralissime fête, pompeusement et par anticipation, la fin de la traversée de la mer, sans se soucier des aléas techniques de la navigation, ni des humeurs grincheuses du temps plutôt brumeux et menaçant.

Un de ses Conseillers militaires français a affirmé, entre autres balivernes : « … La victoire du Président Deby est nette. L’histoire est terminée… ». L’histoire est terminée ! En voilà une idiotie qui n’est pas sans rappeler l’étalage de servilité et d’ignorance d’un certain Francis Fukuyama, Américain d’origine japonaise qui, empressé d’ennoblir et sanctifier le capitalisme (qui porte également la bien jolie et trompeuse appellation idéologique de libéralisme) devenu à ses yeux indétrônable et éternel, a cru devoir, dans un bouquin ayant bénéficié d’une incroyable promotion médiatique, décréter LA FIN DE L’HISTOIRE.

Pourtant, l’Union des Forces de la Résistance qui, de l’avis de tous les observateurs avertis, dispose toujours d’un potentiel humain et matériel important, n’a pas encore dit son dernier mot ; autrement dit, elle n’a pas encore livré sa dernière bataille.

Au demeurant, l’histoire de la guerre multidimensionnelle au Tchad garde, par devers elle, ses secrets et, il y a lieu de ne pas confondre les péripéties de son cours avec les résultats de sa finale. Quels qu’ils soient !

Tag(s) : #Politique