Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Un article honteux sur la situation au Tchad est publié ce samedi matin dans le journal Presse Océan (propriété de Ouest-France, heureusement l'article de Ouest-France sur le Tchad est neutre et bien construit). Aucune source n'est citée et le nom du journaliste qui a écrit ce papier n'est pas non plus cité.

On y trouve des "témoignages" de "civils" se disant contre les rebelles, notament celui d'une certaine Elise Mariam, vendeuse de poisson, qui dit "il faut que la communauté internationale réagisse promptement". Sans préjuger de la richesse de son vocabulaire, je doute que cette femme est utilisé le mot "promptement"... et comment ont été recueillis ces témoignages ?

Le Figaro, Le Monde ou Libération n'ont pas actuellement de correspondants au Tchad. Sachant que Presse Ocean a des correspondants uniquement en Loire Atlantique, on peut se poser des questions... Et cette Elise Mariam aurait prononcé les même mots en anglais ("Since I heard that war is back, I've been really frightened. I abandoned everything and lost it all. I don't want to live through that again... The international community should act fast") le 7 mai (ou le 6) comme on peut le voir dans http://www.easybourse.com/Website/dynamic/FicheValeur Actualites.php ? ISIN=US0258161092&NewsID=664508, qui cite une source AFP. Ce serait donc l'AFP la source de Presse Océan.

Les mots de cette femme sont repris dans le titre de l'article de PO "Je ne veux plus revivre ça" et on trouve aussi dans un encart en gras, en gros et en couleur bleu "il faut que la communauté internationale réagisse".

Il est légitime de se poser la question si ces témoignages sont réel ou écrit par certains services des gouvernements français ou tchadien. Et même de se poser la question si l'article en entier n'a pas été écrit par les services français.

Je vais essayer de contacter François Tillinac du bureau de l'AFP à Dakar (car il s'occupe du Tchad conjointement avec le bureau de Libreville) pour savoir d'où proviennent ces témoignages, et si c'est une manipulation de l'état français et de l'état tchadien.

Pourquoi feraient-ils ça ? Pour manipuler l'opinion publique et justifier une intervention française pour sauver le dictateur Deby... et certains journaux sans aucune déontologie diffuse cette propagande.

Donc voici l'article :
Au Tchad, les rebelles ramènent la peur avec eux. "Je ne veux plus revivre ça"

L'est du Tchad était hier le théâtre de nouveaux affrontements meurtriers qui font craindre le pire aux civils.

"Depuis que j'ai appris que la guerre a repris, j'ai trop peur" avoue Elise Mariam, vendeuse de poissons de N'Djamena qui, comme des milliers de Tchadiens, avait fui les violents combats entre rébellion et armée, en pleine capitale, il y a un peu plus d'un an. "J'avais tout abandonné, tout perdu [...]. Je ne veux plus revivre ça, il faut que la communauté internationale réagisse promptement", ajoute-t-elle.

Banaye Hassan, commerçant au marché central de N'Djamena dit aussi avoir "tout perdu" en février 2008. "Ma boutique a été pillée et incendiée. C'est une guerre qu'on nous fait subir, il faut que les rebelles nous laissent en paix !".

Depuis le 4 mai, des rebelles tchadiens venus du Soudan voisin sont dans l'est du Tchad et ils affirment poursuivre leur progression avec N'Djamena pour "objectif final". De violents combats les opposaient hier aux forces gouvernementales. En février 2008 déjà, les rebelles avaient traversé le pays d'est en ouest et étaient arrivés aux porte du palais présidentiel à N'Djamena, où ils ont affronté les forces armées. Les combats avaient fait au moins un millier de blessés et plusieurs dizaines de milliers de personnes s'étaient réfugiées au Cameroun et au Nigeria.

A vous de vous faire une idée ? Propos réel d'une tchadienne ou grosse manipulation ?


Par Guillaume Brossard
guixibro@hotmail.fr

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :