Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous écrivions ce matin que ce jour de jeudi sera noir pour les hommes de Deby. Eh bien, nous avions vu juste. Comme tout le monde l'a déjà souligné, les deux combats qui se sont déroulés dans la matinée et dans l'après midi de ce jour, ont tenu toutes leurs promesses : violents et meurtriers.

La première attaque lancée vers 11 heures par les forces gouvernementales a été formidablement repoussée. Les forces gouvernementales ont été copieusement cuisinées. Elles n'ont eu leur salut qu'en prenant leurs jambes au coup.

Puis deux renforts dépêchés de Mongo et d'Abéché sont entrés en action deux heures plus tard, vers 15 heures. Juste donc le temps pour les combattants de l'UFR de préparer le terrain et recevoir les envoyés de Deby.

La résistance a été farouche et au bout de quelques heures de combat d'une rare intensité, les hommes de Tahir Wodji ont pris le dessus en engageant carrément un combat de corps à corps. Surpris par cette bravoure incomparable des combattants de l'UFR et leur extrême détermination à la limite du suicide, les forces gouvernementales ont une nouvelle fois fui, abandonnant sur le champ de bataille morts, blessés et prisonniers.

Les combats ont cessé vers 17 h00 faisant place aux ratissages qui ont été menés sur un rayon de 25 Km. Ce fut un véritable carnage. Le bilan sera lourd.

Contrairement à ce qu'elle affirme, RFI (Radio Financée par Idriss) n'a même pas le petit courage de diffuser les interventions des portes-paroles de l'UFR. Ces derniers sont plutôt écoutés sur BBC. C'est une preuve que tout ce qui est rapporté est du ragot. D'ailleurs, nous ne sommes pas surpris, c'est du déjà vu !

Idriss Deby a commencé à appeler en rescousse ses amis dictateurs. Il a pleuré au téléphone avec Khadafi à qui il a demandé un ultime soutien pour repousser la rébellion. Les nègres de la françafrique ont été aussi actionnés à leur tour par leur grand maître de la loge Élyséenne. Abdoulaye Wade est le premier à condamner la rébellion tchadienne.

 

Toutefois, le peuple tchadien est derrière l'UFR et lui témoigne toute sa solidarité et son soutien dans la lutte de libération qu'elle mène contre la dictature et l'impérialisme occidental. Nous saluons ici le courage extraordinaire des combattants de l'UFR.

Les forces de l'UFR maintiennent leurs positions et les combats reprendront probablement encore demain. Nous verrons bien qui a une jambe cassée.

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0