Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


La semaine qui vient de s'écouler a été longue et stressante. Pour cause, nous avons vécu heure après heure, puis jour après jour, dans l'imminence d'une offensive militaire de l'UFR qui, à l'arrivée, n'a toujours pas eu lieu.

Du coup, la tension a chuté d'un cran, refroidissant d'un trait la fièvre militante qui s'est emparée de nous. Et quand tôt le matin, RFI annonce un accord de paix entre le Tchad et le Soudan, bien que c'est le nième du genre, il nous a été impossible de ne pas faire une similitude entre cet accord de Doha et cette offensive qui tarde de se lancer.

Et pourtant qu'a t-on pas dit ces derniers jours ? On a très tôt annoncé que les familles du clan présidentiel sont déjà en exil, puis que les hommes de Deby abandonnaient leurs positions à l'Est face à l'avancée menaçante de l'UFR, qu'ils se mangent entre eux, et enfin que Deby est malade atterré, ne pouvant même pas recevoir la délégation de l'UA conduite par le président Tabo Mbeki, qu'à N'djaména les populations plient bagages, ...etc.

Le porte-parole de l'UFR, longtemps absent de la scène médiatique, réapparait et apporte sa dose à l'inquiétude déjà grandissante en balançant un communiqué de presse pour le moins bizarre. Monsieur Abderaman Koulamallah nous apprend que les forces de l'UFR ont été pilonnées par des avions ennemis mais qu'il n'y a pas eu de répliques car tout simplement parce qu'il existait des doutes sur l'identité de l'agresseur. C'est catastrophique !

Nous estimons qu'un agresseur reste un agresseur et n'a point besoin d'une étiquette pour être combattu. Sinon, quelle importance y a t-il de savoir si c'est un chasseur Debyien, français, libyen ou centrafricain dans la mesure où il vous bombarde, blesse et tue vos frères ?

Cela nous ramène encore une fois sur l'absence criarde de communication au niveau l'UFR. Il y a quelques jours, juste avant l'annonce de l'imminence de cette offensive, nous avions appris qu'une tournée politique serait en cours de préparatif. En effet, une délégation devrait sillonner l'Afrique et l'Europe et présenter le programme et la vision de l'UFR sur le plan international. On doit reconnaître que jusque-là, nous n'avons rien vu ni entendu.

En revanche, il faut reconnaître que Deby et ses alliés se sont activés comme des vrais professionnels. Koutchner s'est d'abord déplacé à N'djaména pour prendre le pouls de ses hommes et recueillir toutes les informations adéquates. Puis les Soudanais se sont déplacés sur Paris pour des pourparlers essentiellement axés sur le MJE et l'UFR. L'UA leur emboite le pas et dépêche des émissaires (Tabo Mbeki, Obasandjo et Pierre Buyoya) à Khartoum puis à N'djaména où Deby feint même de ne pas les recevoir ! Et enfin, les gros bonnets entrent en action, le Qatar et la Libye qui arrachent un nième accord entre le Tchad et Soudan qui porte exclusivement sur le soutien respectif à leur rébellion interposée. Ban Ki Moon ajoute son grain de sel pour appuyer le deal. Et que penser du crochet à N'djaména effectué par l'envoyé spécial du Président Américain pour le Soudan M. Scott Gration qui a été reçu en audience par Idriss Deby itno ?

Comment alors face à une telle offensive diplomatique internationale, savamment orchestrée par la France et la Libye pour empêcher la noyade de Deby, les leaders de l'UFR peuvent-ils rester aussi sourds, muets et passifs ?

Aujourd'hui, c'est clair et limpide comme dirait l'autre, que l'imminence de l'offensive militaire de l'UFR annoncée tambour battant souffre seulement d'un feu vert qui n'est toujours pas venu de Khartoum. Aussi, il est légitime ici de s'interroger sur cette dépendance quasi unilatérale de la rébellion tchadienne qui de l'avis de tous n'a pas su vendre sa carte au régime soudanais. Combien de temps cela va t-il durer ?

En tout cas une chose est sure, une rébellion qui attend, est une rébellion vouée à l'échec. Inutile de vous dire que le pouvoir vomi et honni de N'djaména respire et prend déjà des airs d'assurance. Le Premier ministre vient même d'annoncer la date du début du recensement de la population tchadienne sur toute l'étendue du territoire nationale et à l'étranger. Il aura lieu du 20 mai au 20 juin 2009.

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :