Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Se rappelle-t-on encore la levée de boucliers qu’il y a eu en 2002, lorsque le Président Wade avait voulu instaurer la provincialisation du territoire national ? Le projet avait été combattu par bon nombre de personnes qui le jugeaient inapproprié. Et, d’autres ont tourné en dérision la proposition de Me Wade de ressusciter les appellations d’anciens royaumes qui existaient sur le territoire du Sénégal, avant la colonisation française. Pour se consoler de ce revers, le numéro un du Pds a trouvé le moyen de se faire introniser chef dans certaines contrées. Nos confrères du journal Le Populaire se plaisent à rappeler qu’il s’est fait nommer «Bour Saloum», «Borom Ndar», entre autres. Au Mali, le Président Amadou Toumani Touré a intronisé Wade, «Empereur du Mali» ! Rien que ça !

Hier, on a compris que tous ces titres, loin d’être des lubies d’un vieil homme proche de la sénilité, étaient au contraire l’expression d’un mode de gouvernance. En fait, aujourd’hui, s’il faut comparer l’actuel Président du Sénégal, c’est au Royaume-Uni qu’il faut se référer.

Il faut, pour s’en convaincre, comprendre le pourquoi de la noria d’avions qui ont escorté la dépouille mortelle de l’épouse de Karim Wade, hier. Le Président a voyagé dans un avion privé, comme à son habitude, depuis qu’il ne veut plus fouler le sol de «La Pointe de Sangomar». Et son fils, le veuf éploré, a pris son jet personnel, acquis à la sueur du front des contribuables sénégalais, laissant sa regrettée épouse revenir dans la soute de l’avion de commandement.

En dehors de l’étalage des dépenses, qui va se poursuivre durant le deuil, cette façon de faire fait penser à la famille royale de Grande Bretagne. Dans ce pays, la tradition, qui tient lieu de Constitution, interdit aux membres de la famille royale de voyager ensemble, dans le même navire ou appareil. Les raisons en sont politiques. Il s’agit d’éviter, en cas de malheur, de créer un vide politique au sommet de l’Etat. La raison chez nous est différente. Les Wade veulent montrer que chez eux, on faisait du Obama avant la lettre. C’est-à-dire que, s’ils ne partagent pas le même appareil, c’est tout simplement parce qu’ils ont les moyens de se le permettre. Avec l’argent des Sénégalais, c’est facile de dire : «Yes we can !»

Au fait, Wade rime avec Windsor ou Obama ?

Par Mohamed GUEYE
Lequotidien, 16/04/09 

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0