Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Rien ne permet de reconstruire une société quand les fissures immenses sont toujours piétinées. Il est toujours difficile d’expliquer un divorce, une rupture, une séparation. Quand ces liens se sont cassés ? A qui la faute ? Pourquoi ?


Un nombre incalculable de méthodes qui laissent le citoyen tchadien dans l’incompréhension. Depuis longtemps, le Tchad, notre pays, est très mal géré. Une gestion plus calamiteuse qui dérègle complètement la science de gestion. Aucun plan n’est élaboré, aucune mesure sociale à la dimension des problèmes que rencontrent nos compatriotes. Dans l’épicentre administratif, les choses stagnent à l’échelle de la gestion de l’homme. L’on prend les mêmes et on recommence, sans tenir compte des résultats des départements.


La gestion des ressources humaines en général observe des règles d’appointements, des compétences, et de l’extraverti. Ce sens qui permet à un homme ou une femme, bref, un responsable d’aller au-delà de ses limites. Le régime Débyfole recycle un carré bien défini, qui arbore d’abord l’incompétence et la tradition des détournements des biens publics. Les mêmes individus opulent tels des sangsues, spoliant jusqu’à la lie la moelle épinière des tchadiens. A se dire que dans notre pays, les mêmes hommes sont eternels et tant de générations pourront périr sans que l’on en veuille. Depuis 1960, l’année qu’à connue l’indépendance du Tchad, l’on s’adosse encore et toujours à la première génération. Une génération qui a su prouver des compétences énormes, mais qui n’a pas su transmettre le flambeau. C’est dire combien de fois qu’une régénération est urgente, d’autant plus essentielle que la pesanteur de ce siècle exige de nous des présences et des défis. La société tchadienne doit changer tant sur le plan des mentalités, et plus encore demeurer patriote à tout jamais.


Une régénération est possible si l’on s’adosse à l’expérience de ces outres-mers qui ont conquis avec base les arithmétiques de leurs époques. Il faut renouveler le palier en triant les hommes. Jeter les bases d’une éducation civique, harmoniser les mentalités, et inculquer aux futurs tchadiens l’amour du pays. Et pour cela, pour le Tchad, il faut un homme neuf. Un visionneur adapté aux réalités de notre temps.


Pour bâtir cette société ci-dessus énumérée, il faut dès à présent jeter les bases d’une vraie démocratie. Une entité qui tienne compte des faits à jamais prescrits. Poser les valeurs d’une justice à une seule variante et non asymétrique. Notre rôle, même en étant dans l’opposition est de lever le voile sur ce qui pourrait faire tâche dans un proche avenir. Ne pas sanctionner les fautes équivaudrait à entériner des froissements faits ça et là. Ne pas trancher équivaudrait à accepter tacitement le mal fait à un autre compatriote sous le sceau d’un alibi. Enfin, ne pas savoir dire dès maintenant l’équation des vérités c’est accepter encore que le fossé se creuse encore entre compatriote.


Il n’est point de se voiler la face. Être dans l’opposition armée ou démocratique ne doit dédouaner aucune personne des sceaux de la loi. Beaucoup de nos compatriotes ont pris le billet aller-retour des sens, se targuant d’échapper par une certaine pirouette les maux faits, les biens d’autrui usurpés, les crimes commis et encore les détournements de l’argent public. Si certains ont été confortés dans leur élan, beaucoup pensent venir en libérateurs et s’asseoir tels des cerfs sur des gibiers conquis malhonnêtement. Que cela se sache dès à présent, et que le juste milieu n’en fasse point des câlins.


A côté de ceux qui font de l’opposition un diadème personnel, il y’a des anonymes silencieux. Des hommes et des femmes qui aspirent pour un vrai changement, des jeunes qui se battent à leur façon et que personne ne cite. Aux autres aussi qui arborent les mêmes pensées que ceux là, mais qui ont peur de s’affirmer. Pour tous ces compatriotes, il n’est sera point tolérable de décevoir leurs révolutions silencieuses.


ASSILECK HALATA Mahamat

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0