Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Question 1/10
Monsieur Chérif, les Internautes Tchadiens vous ont découvert ces derniers mois grâce à vos interventions contre le régime Deby et votre soutien à l'UFR. Pourriez-vous vous présenter brièvement à nos lecteurs ?


Réponse

Avant tout, merci à vous et à l'ensemble de l'équipe du blog Ambenatna, nous mesurons combien vous contribuez dans la lutte que mène la résistance nationale pour un changement réel dans notre beau pays.


Je répond au nom de Mahamat Zene Cherif Brahim, petit fils du Cherif Branai du Mossoro (Bahr Elgazel). Je suis né en 1988 et j'ai grandi à N'djaména. Je suis présentement Etudiant en 1ère année de Lettres Modernes.

Je suis le Secrétaire Général du CAMOJET, Vice-président du CNCJ-TCHAD, actuellement je préside le FJC/UJR et membre de l'UFDD du Général Mahamat Nouri.


Dans un passé récent, j'ai dirigé le Parlement Junior du Tchad, de 2002 à 2004. J'avais représenté le Tchad en 2003 au Parlement Francophone de jeunes (PFJ). J'ai été aussi le Porte-Parole de la Coalition des Jeunes contre la Modification de la Constitution (CMJRC).



Question 2/10

Vous êtes si jeune, pourquoi êtes vous déjà de plein pied dans la politique ?


Réponse

Un proverbe Kréda disait : «si on arrive pas à faire quelque chose à l'age de 18 ans, on ne pourra jamais la faire dans sa vie». Partout où je passe, les gens me pose la même question. Au 2e Session des jeunes de la francophonie en 2003, j'étais le plus jeune mais cela ne m'a pas empêché d'être le Rapporteur du jour. Aujourd'hui, Dieu merci, j'ai plus de 20 ans et si je ne me trompe pas, un grand nombre des combattants de la Résistance nationale a entre 17 et 25 ans, cela prouve une fois de plus que la jeunesse est l'age d'or de la révolution.


La politique m'intéresse depuis mon enfance, cela grâce à mon entrée au parlement des enfants, et puis la suite s'est enchainée avec la vie associative qui a été une période riche et très intense. A 17 ans, j'ai été à la tête du mouvement des jeunes contre la révision de la Constitution et de l'avis général, ce fut une réussite totale car cet amendement a été sanctionné par un score de 12,5 % de participation et ce malgré la fraude.


Aujourd'hui plus qu'hier, j'ai la ferme conviction que la jeunesse peut changer les choses, cette période de la jeunesse est un stade où l'homme doit s'affirmer dans sa société et non se consacrer au plaisir quotidien de la vie.

Mon entrée précoce dans la politique est aussi les conséquences de la situation désastreuse que vie notre pays depuis l'arrivée du régime clanique de Deby.


 

Question 3/10

Rappelez-nous un peu l'historique du CAMOJET. Quelles étaient vos activités et votre mission principale ? Quels sont les rapports du CAMOJET avec le régime du Président Idriss Deby Itno ?


Réponse
Le CAMOJET est une plate forme des jeunes qui a vu le jour il y a 5 ans. Son objectif est de regrouper toutes les organisations de la jeunesse tchadienne au tour d'un même cadre pour mieux défendre ses intérêts.


Les actifs du Camojet étaient de défendre la causse de la jeunesse tchadienne, contribuer à l'émergence d'un Etat de droit, lutter contre la violation des droits humains au Tchad. La mission principale du Camojet est d'unir la jeunesse tchadienne autour d'une même tribune pour défendre la cause qui est la sienne à savoir créer pour la jeunesse un cadre idéal pour son épanouissement.


Le Camojet à sa création regroupe 108 associations et organisations de jeunes. Adoum Abakar Moustapha a été son premier président, il a été assassiné dans la nuit du 12 septembre 2006 par un capitaine de la police nationale à coup de grenade dans des conditions très confuses. Le gouvernement n'a rien fait pour le jugement de son assassin.

 

Franchement, le Camojet en tant que organisation et porte voix de la jeunesse tchadienne n'a pas de rapport complaisant avec le régime Deby. Bien au contraire, le Camojet depuis sa création n'a cessé de dénoncer les excès du pouvoir. En revanche, moi personnellement, j'avais aussi bien soutenu et combattu le régime Deby. C'est pourquoi les gens ont des confusion autour du Camojet.


Mes liens avec le régime se conjuguent désormais au passé. Ils ont été toujours d'ordre associatif. En 2005 quand le MPS a décidé de modifier la Constitution pour éterniser Idriss Deby au pouvoir, nous nous sommes concertés et avons décidé de s'opposer à ce projet en appelant au boycot.


Plus tard, face aux divisions de l'opposition tchadienne dans son combat contre la dictature de Deby, nous avons décidé de rester neutre. En fin Décembre 2007, le Cabinet du Premier ministre Kassiré m'a contacté pour m'informer que le PM voudrait me rencontrer en ma qualité de leader des jeunes Tchadiens.


Le PM Kassiré Koumakoye m'a reçu avec un groupe de jeunes et au cours de cette audience, il a sollicité notre participation à un projet de mobilisation des jeunes pour la paix face l'avancée des rebelles. Après concertation, mes amis et moi avions accepté l'offre à condition que la mobilisation aura pour objectif que la paix au Tchad et que l'équipe de cette marche doit être dirigée par des jeunes leaders de la société civile. Le PM a pris un Arrêté pour me nommer Vice-président et par la suite la marche et la motion que j'ai lue à la place de l'indépendance en présence de Deby et de milliers de jeunes. Sans compter l'affaire des 100 millions de F Cfa que vous connaissez tous.


Question 4/10

Quelle affaire de 100 millions ? Les Internautes seront très ravis d'en savoir un peu plus en ce temps où on parle beaucoup de détournement de biens publics.

Une ONG aurait recensé les biens mal acquis par les dignitaires du régime de Deby, on parle d'immeubles, d'appartements et de villas en Europe, aux USA et en Afrique. Qu'en pensez-vous et que savez-vous sur ce registre ?


Réponse

Nous avons l'affaire de 100 millions no 1 et 2, ce sont des enveloppes à titre de pot de vin que le régime Deby octroie aux associations qui organisent des manifestations contre "l'agression soudanaise". Sans pouvoir établir de manière précise une liste, je connais des hommes et des femmes qui ont ainsi pu construire des luxueuses villas. Certains hommes politiques, juste après leur nomination, se sont retrouvés avec des biens de valeur très élevée et dont l'origine ne prête à aucun doute. Vous êtes sans ignorer que ces personnes sont aussi présentes au sein de la résistance nationale.


Tout cela est dû au désordre économique instauré par Deby depuis son arrivée au pouvoir. Je vous donne rendez-vous après la victoire, inch allah, une fois que nous serons à N'djaména. En ce moment, en tant que responsable des organisations de la société civile, nous aurons un travail sérieux à faire.


En ce qui concerne l'ONG qui a fait ce travail sur les détournements au Tchad, vraiment je salue son initiative. Cependant, il ne faut que les résultats du travail de cette ONG soient utilisés comme une arme de pression par les puissances occidentales sur nos Etat et les concernés. C'est un problème proprement national et nous devrons le gérer entre nous.

 

 

Question 5/10

L'UFR est en place et s'apprêterait à mener ses premières attaques. Quel regard portez-vous sur la désignation de Timane Erdimi à la tête de l'UFR ? Comment voyez-vous ses affrontements qui s'annoncent décisifs ?

 

Réponse

En ma qualité de responsable de la société civile, je ne peux que condamner la violence sous toutes ses formes et plus particulièrement comme moyen d'expression politique. Malheuresement notre pays est pris en otage par un dictateur violent qui ne comprend que le langage des armes. Ainsi, comme disait Gandhi : «entre la lâcheté et la violence, je préfère la violence». Toutefois, c'est très difficile pour moi de voir des frères et des proches dans des combats aussi violents.
 

Comme tout sympathisant de l'UFR, je suis confiant de la victoire finale de la résistance. Car la milice Debyenne ne pourra pas résister aux vaillants combattants, déterminés à libérer le peuple de l'agonie.

 

Aussi, en ma qualité de militant de l'UFDD du Général Mahamat Nouri, je m'attendais pas du tout à la désignation de Monsieur Timane Erdimi à la tête de l'UFR car rien ne pouvait le prévoir. Au début cela était très difficile pour moi car les proches de Deby voyaient par cette désignation toujours la continuité de leur règne. Mais avec le sérieux et la transparence au sein de l'UFR, cela m'a donné une confiance en la personne de Timane Erdemi.


Timane comme Président du Tchad, je vois pas le problème à condition qu'il ne cherche pas à s'éterniser comme le fait Deby. Je souhaite que la transition soit d'une durée la plus courte possible. Aussi, la création d'un Conseil d'Etat qui jouera le rôle de contre pouvoir, dirigé par le président Nouri serait un atout important pour la mise en place des institutions de la République. Il faut aussi que le président de l'UFR s'engage clairement par rapport aux ex-éléments de Deby qui pourraient s'abriter derrière lui et cela pourrait être source de problème avec les autres.

 

Question 6/10

L'UFR a déjà annoncé une transition de 18 mois durant laquelle seront organisées une conférence nationale bis et des élections libres et transparentes pour doter le pays des institutions républicaines. Certains sceptiques voient se redessiner le spectre des années 1979-80.

Vous faites partie de ces jeunes qui n'ont pas connu ces évènements, pourriez-vous nous dire comment voyez-vous l'après Deby ?


Réponse

Je pense que la durée de la transition reste raisonnable, espérons qu'on ne glisse pas dans des prolongations répétitives comme en Cote d'Ivoire. Quant à l'organisation d'élections exemplaires, c'est un défi très grand à relever. Les Tchadiens se demandent si les ex-rebelles laisseront le pouvoir à l'opposition démocratique. Cette dernière brille par son inexistante et son inconstance. Les Tchadiens s'interrogent aussi sur la capacité de l'opposition démocratique d'être à la hauteur des difficultés multiformes que traverse notre pays.
 

Toutefois, je ne suis pas pessimiste, l'UFR regorge de cadres compétents dans tous les domaines, volontaires et très déterminés à redresser la barre. Sans compter la sympathie nationale dont joui l'UFR et qui aboutira à coup sur sur une mobilisation nationale sans précédent pour relever les différents défis.


Les évènements de 1979-80, moi tout comme toute la génération qui a aujourd'hui 20 à 30 ans, n'étions pas encore de ce monde. Mais nous voyons les résultats de manière quotidienne. Quant au chaos dont on prédit, retenez que c'est un chantage du régime aux abois de Deby qui répète tel un magnétophone «c'est moi ou le chaos». L'après Deby dépend du brassage des forces de l'UFR avant leur entrée à N'djaména et aussi le maintien de cette unité militaire.

 
L'après Deby dépend aussi de la volonté politique des leaders des différents mouvements membre de l'UFR d'agir ensemble pour l'intérêt national et cela en mettant en veilleuse les ambitions personnelles et les intérêts claniques. Ainsi tout ira bien, comme le souhaite le peuple et la jeunesse tchadienne.

 

Question 7/10

Vous avez dans vos dernières interventions sur les sites et blogs Internet tiré à boulet rouge sur la société civile. Les ligues tchadiennes pour la défense des droits de l'homme sont encore indexées par la majorité des Tchadiens qui trouvent leur attitude scandaleuse. Certains les accuses carrément d'être de structures apatrides, corrompues et mercantiles. Quel est votre avis ? Que pouvez-nous dire de plus ?


Réponse

En toute vérité, la société civile dans notre pays est inexistante. Par contre, il y a des gens sous la casquette des ADH qui font des véritables business sur le dos du peuple. Leurs accointances avec la dictature en place les discréditent totalement aux yeux du peuple tchadien.

Je conviens avec tous ce qui les accusent d'être des structures apatrides, corrompues et mercantiles. Ces organisations grossièrement étiquetées « ADH » sont en réalité des véritables voleurs et pillards qui agissent en grande complicité avec le régime Deby et des ONG occidentales. Demandez à ceux qui sont à N'djaména dans quel état vivent les responsables des ADH, ils se déplacent avec des luxueuses 4x4, qu'on ignore d'où viennent cette fortune subite l'argent ?


Question 8/10

Dans l'affaire HH, les ONG sudistes se sont jetées corps et âme et sans aucune retenue, montrant clairement une haine baveuse et un règlement de compte politique tardif. En revanche, dans l'affaire Ibni et les autres crimes (Mamadou Bissau, Bichara Djigui, Goukouni Guet, Abbas Koty, ...etc.), les cas de tortures, de viols et d'exécutions extra-judiciaires sur toute l'étendue du territoire national, la LTDH a honteusement fermé les yeux sinon elle a vite tourné la page. Pourquoi cette attitude selon vous ?


Réponse

Il faut savoir et comprendre que les LTDH, ATDH, APLFT, AJAC et bien d'autres ONG ne font pas des activités par morale mais malheureusement, elles visent des activités qui leur apportent des intérets financiers et matériels.


Les agitations sur HH est une preuve palpable car l'affaire Habré est une vache à lait pour ces organisations. Ainsi sous couvert de cette affaire, c'est du tourisme gratuit, des séjours dans des hôtels de luxe, des perdiems ...etc. C'est pourquoi les candidats se bousculent !


Quant aux autres crimes commis sous Deby, s'ils ne sont pas dénoncés c'est tout simplement parce que ces ligues des droits de l'homme mangent quotidiennement dans l'assiette de Deby et donc elles ne trouvent aucun intérêt, même moral, pour en parler et voire les dénoncer et réclamer justice pour les victimes. Deby et les (ADH LTDH, ATDH, APLFT, AJAC), ce sont des alliés dans la « mangeocratie ».

Question 9/10

En tant qu'étudiant Tchadien, que pensez-vous du niveau scolaire et universitaire médiocre des jeunes ? Que pensez-vous des étudiants qui passent leur temps à jouer aux cartes (arbatachar) ou qui passent des nuits blanches à zapper les chaînes de télévision ?


Réponse

Je pense que le régime Deby est à l'origine de l'échec du système éducatif tchadien. Car la corruption, la violence en milieu scolaire et l'impunité ont contribué à installer un climat défavorable aux études. Ainsi, les jeunes Tchadiens dès le primaire ne sont pas bien formés. Du secondaire au BAC, ce ne sont que des formalités, d'ailleurs le Bac ça se mérite pas aujourd'hui. Ce qui explique en grande partie qu'une fois à l'étranger où le niveau scolaire est nettement plus élevé, les jeunes Tchadiens rencontrent d'énormes difficultés pour étudier.


Certains se mettent au travail et parviennent à relever courageusement le défi car ils sont très conscients de l'importance de leurs études mais aussi des efforts consentis par leurs parents pour leur offrir un avenir meilleur. En revanche, il y a d'autres étudiants assimilables à des grands enfants qui restent dépendants et n'arrivent donc pas à suivre leurs études normalement malgré des conditions financières généralement propices. Alors, ils tuent le temps en s'adonnant aux loisirs tels que le jeu de cartes, les sorties nocturnes ou la télé.


Personnellement, cela me fait peur car les jeunes constituent la force et l'avenir d'une nation, ils sont appelés à assumer des responsabilités d'où l'importance d'une formation sérieuse et solide. Sinon, bonjour les tâtonnements, colmatages, les dérapages, les dégâts qui poussent tout droit sur des détournements de biens publics et l'emprisonnement (cas d'un Etat qui se respecte !). La cas du DG de la SOTEL Tchad est un exemple parmi tant d'autre et pourrait illustrer suffisamment cette catégorie de jeunes en difficulté pour ne pas dire en perdition.

Question 10/10

La femme est le pilier de la société tchadiennne dit-on. Qu'en pensez-vous ? Quelle place lui réserve votre mouvement l'UFDD ? Quel message voudrez-vous lancer à l'endroit de la femme (fille) tchadienne dans le Tchad nouveau, débarrassé de Deby et son clan ?


A quelques jours des offensives de l'UFR tendant à balayer le régime Deby, quel est votre dernier mot pour cette interview ?


Réponse

 

La femme tchadienne est la mère de la nation, elle est le fondement de notre société. Elle représente la force sociale de notre pays, malheureusement depuis l'arrivée du MPS, elle se trouve dans des situations de pauvreté, d'humiliation, victime des pandémies comme le SIDA auxquelles elle fait face seule.


L'UFDD est un mouvement qui a des ambitions nationales, des préoccupations pour l'ensemble de la société tchadienne. En ce qui concerne la femme, je pense qu'au sein de l'UFDD, la femme tchadienne a une place très importante. Une place de choix pour les filles tchadiennes au sein de ma structure des jeunes (FJC/UJR) membre de l'UFDD. Nous avons des filles engagées à l'image de la camarade Mariame Yosko qui nous font des plaidoyers pour la femme. Ces doléances, nous les transmettrons fidèlement aux plus haut responsables du mouvement.


Je rassure toutes les mères et sœurs tchadiennes, qu'après Deby, leur statut sera sérieusement reconsidérée et la femme retrouvera toute sa force et sa place au sein de la communauté. La femme tchadienne sera surtout libérée de la servitude, de la prostitution, des viols des Toroboros et de la pauvreté quotidienne qu'elle fait face. Je demande à toutes les tchadiennes d'aider par les prières et les invocations les combattants de l'UFR dans leur marche de libération.


Entant que Secrétaire Général du CAMOJET et membre de l'UFR, je lance un appel à l'endroit de la jeunesse tchadienne pour se mobiliser à travers des manifestations et bien d'autres activités à cote de l'UFR pour la victoire finale.

 

Je demande aussi à tous les tchadiens qui sont dans la milice Debyenne de s'abstenir de combattre les forces libératrices de l'UFR. Je demande aussi aux dirigeants de l'UFR d'épargner la population civile des violences, de faire très attentions aux querelles internes qui risquent de nous conduire à la guerre civile.

 
Je demande à la société civile française, à la gauche, à la jeunesse et à Olivier Bessasnot de peser de tout de leur poids pour que la France soit neutre cette fois.

 

Que Dieu nous accorde la victoire, vive l'UFR pour le bonheur du Tchad.

 

Rendez vous à N'djamena !


Merci à vous également mon frère, je remercie tant de fois toute l'équipe du blog Ambenatna.

Interview réalisée par Mahamat Abakar
Ambenatna Blog

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0