Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En déplacement lundi à Dakar, Ségolène Royal a demandé "pardon" à l'Afrique pour les propos prononcés par le président français lors d'une visite au Sénégal en juillet 2007. Le chef de l'Etat avait alors estimé que "l'homme africain n'était pas suffisamment entré dans l'histoire".


La réaction de Ségolène Royal "me semble extraordinairement maladroite et très démagogique", a déclaré sur RTL le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, reconnaissant toutefois que la phrase de Nicolas Sarkozy "était sans doute maladroite" mais qu'elle "ne signifiait ni racisme ni jugement péjoratif".


Rama Yade, secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme, a dit "douter de la sincérité de Mme Royal" qui exploite, selon elle, les malentendus nés du discours de Nicolas Sarkozy.


"Ces malentendus-là sont aujourd'hui instrumentalisés par Ségolène Royal dans un jeu politicien qui n'est pas très honorable", a-t-elle déclaré sur France 2.


Pour Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, Ségolène Royal "fait un contresens historique en Afrique, tout simplement pour faire diversion" et profère "des attaques infantiles" contre Nicolas Sarkozy.


"De Chine à Dakar, en passant par Washington, Mme Royal ridiculise notre pays, par son attitude et ses sorties iconoclastes", déclare-t-il dans un communiqué.

 

Benoît Hamon, porte-parole du Parti socialiste, a jugé pour sa part que la présidente de la région Poitou-Charentes était dans son bon droit en demandant pardon au nom de la France en tant que "citoyenne française" et "dirigeante politique".


"Elle a raison de le faire et je ne vois pas pourquoi on va lui chercher querelle là-dessus", a-t-il dit sur i-Télé, estimant que le discours de Nicolas Sarkozy avait été "injurieux pour l'histoire des Sénégalais et des populations d'Afrique noire".


Ségolène Royal, qui est née à Dakar alors que son père servait dans l'armée française, a pris le contre-pied du discours de Nicolas Sarkozy en magnifiant l'histoire africaine.


"Quelqu'un est venu vous dire à Dakar après tout cela que l'homme africain n'est pas entré dans l'histoire. Pardon, pardon pour ces paroles humiliantes qui n'auraient jamais dû être prononcées", a-t-elle dit sous un tonnerre d'applaudissements dans l'enceinte de la maison du Parti socialiste sénégalais.


"Je vous le dis en confidence, ces paroles n'engagent ni la France, ni les Français", a ajouté l'adversaire malheureuse de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de mai 2007.


Ségolène Royal a également demandé "pardon" pour les faits de la colonisation. "Pour tous ces maux que le peuple français doit au peuple sénégalais et à tous les peuples africains qui ont souffert par nous et pour nous - ce sont des mots simples que j'ai envie de dire : pardon pour le passé."


La présidente de la région de Poitou-Charentes est en visite au Sénégal du 4 au 9 avril dans le cadre de la coopération entre sa région et celle de Fatick.


Par Clément Dossin, Diadié Ba

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :