Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce sera bientôt une rubrique dans ZOOMTCHAD, tellement l’actualité internationale est dominée par des problèmes mêlant justice et politique, tant les institutions judiciaires sont utilisées pour régler des comptes politiques : affaires HH, mandat d’arrêt El Béchir, Rose Kabuye ,Bongo, Sassou ...etc.


Après le lancement du mandat d’arrêt par la CPI, l’UA puis la ligue arabe ont apporté leur soutien au Soudan, El Béchir a effectué plusieurs voyages, a même assisté à une conférence internationale à DOHA et reçu le nouvel émissaire des USA qui a été d’une courtoisie exquise à l’égard des autorités soudanaises, de plus quand on sait qu’à la conférence de DOHA, le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki MOON était présent, on peut dire que la CPI qui souhaitait isoler le régime de Khartoum, s’est trouvée marginalisée sinon plus.


Autre coup dur, l’administration américaine a jugé nécessaire de réagir officiellement en précisant «
qu’il n’existe aucune obligation juridique qui pèse sur les USA par rapport à l’exécution du mandat d’arrêt car les USA n’ont pas reconnu la CPI…».


C’est vraiment une gifle à l’équipe de MORENO Campo, on se rappelle qu’à la conférence de presse annonçant le mandat contre El Bechir, la greffière de la CPI avait insisté en expliquant que «tous les pays étaient dans l’obligation de coopérer avec la CPI même ceux qui ne l’avait pas reconnu car ils sont membres des Nations Unies, que le conseil de sécurité serait avisé d’un refus de coopérer». Après la mise au point américaine, aucune autorité de la CPI n’a pipé mot. Les médias occidentaux ont mis en sourdine cette prise de position importante des USA car elle entrainait un affaiblissement de la CPI.


Le Soudan a pris une mesure d’expulsion des ONG occidentales présentes au Darfour, tout le monde s’est précipité à demander le retour des ONG non par humanisme envers les populations locales mais par pur intérêt et par là on voit le rôle déterminant joué par les ONG de par leurs activités d’espionnage, de collecte de renseignements au profit de leurs bailleurs de fonds. Ce n’est pas pour rien que la plupart des dirigeants des ONG sont d’anciens militaires donc parfaitement formés non pas pour faire de l’humanitaire mais plutôt spécialiser pour apprécier, juger les forces en présence, reproduire des plans de sécurité , évaluer le matériel possédé et l’engagement des hommes et surtout monter un réseau local d’informateurs. Imaginer un peu tout ce qui s’est écroulé.



Harcelé par les journalistes arabes, le procureur Campo a fini par reconnaitre que des plaintes émanant de l’autorité palestinienne et de familles palestiniennes avaient bel et bien été déposées à la CPI, que tout était à l’étude, aux dernières nouvelles, Campo aurait affirmé s’interroger sur la recevabilité de la plainte car l’autorité palestinienne n’est pas un Etat. Il faut vraiment oser.


Justice et politique encore avec les plaintes pour biens mal acquis contre les Présidents Bongo, SASSOU et la dernière contre Mme Bongo la défunte pour recel de biens; la première procédure était dirigée par une escouade d’ONG et un Gabonais qui s’est finalement rétracté et a reconnu que son but et celui des ONG n’était pas les mêmes voire qu’on l’a manipulé . Face à ses plaintes, les autorités françaises ont laissé faire et la presse française a été lâchée contre Bongo en particulier.


Le Gabon a dénoncé la volonté de le déstabiliser; l’octroi de marchés très importants à la Chine n’est pas étranger à ces manœuvres. L’opération du siècle selon Bongo c’est l’actuel projet d’exploitation des gisements de fer de BELINGA, les Chinois ont vraiment tout obtenu : autorisation de prospection de fer, chrome, nickel, manganèse, plomb, zinc. Sans compter que même le secteur pétrolier n’a pas été épargné, 3 blocs terrestres et des permis de recherche ont été signés.


L’agriculture avec la transformation des produits agricoles « le Gabon importe pour 250 milliards de francs Cfa par an pour manger et ces importations nous fragilisent » selon les propos du ministre de l’agriculture gabonais, d’où l’engouement pour le savoir faire d’un pays de 1 milliard d’habitants et qui a réussi à nourrir sa population.

Le bâtiment et les infrastructures, réalisation de l’assemblée nationale, du Sénat, hôpitaux, Stades pour la CAN 2012, infrastructures en eau, télécoms, routes, voies ferrées, studio high tech pour la radio-télévision gabonaise désormais reliée au satellite, ...etc.


On comprend la crise d’urticaire des autorités françaises, c’est ainsi qu’en l’espace d’un an , 4 plaintes ont été déposés contre le président Gabonais, dont l’une est le fait d’un ancien ministre de la justice de Sarkozy, M Michel Vaillant qui réclame pour son client la somme de 40 milliards de francs cfa !, ne pas confondre avec l’autre affaire qui porte sur 300.000 euros qui oppose un autre français à Bongo. Vaste campagne de lynchage médiatique, toute la panoplie à savoir, enquêtes, interviews, rapports nous est servie.


« Le Gabon n’est la chasse gardée de personne et il a besoin de partenaires crédibles et pragmatiques pour assoir la diversification de son économie » comme l’a dit vertement Bongo autrement dit la messe est dite, ça va chauffer malgré la volonté « actuelle » des français de temporiser.

Par zoomtchad.com

Note du blog
: C'est excellent. Qui fait mieux ?

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :