Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

La société civile tchadienne ou la « mangeocratie » en douce


Par Mahamat Zene Cherif (membre UFDD)
Secretaire Generale du CAMOJET
camojet@gmail.com
                       
 

 

    DOBIAN ASSINGAR 


Les premières organisations de la société auxquelles je faisais allusion dans la première partie de mon intervention, participent d'une manière indirecte dans le système MPS. Ainsi, les ADH (LTDH, ATPDH, AJAC, APLFT...etc.) ont été dans leur début un véritable espoir pour les Tchadiens, malheureusement elles ont trahi la cause. La gestion opaque de leurs activités et les accointances avec le régime DEBY ont généré une certaine confiscation par une équipe dirigeante largement corrompue, d'une alternance au sein des ADH.


Ainsi à l'image de nos partis politiques, les ADH au Tchad sont foncièrement tribales voire régionales. Depuis leur création et jusqu'à nos jours, ces organisations de droits de l'homme restent dirigées exclusivement par des personnes issues d'une même région. Ce qui est encore plus regrettable, c'est de constater que les leaders de ces ADH imitent le dictateur Idriss Deby Itno dans ses pratiques mafieuses et anti-démocratiques aux seuls fins de rester le plus longtemps possible à leur poste.


Pour adhérer à ces ADH, c'est une simple formalité, mais faire partie du bureau il faut appartenir à la région ou l'ethnie des fondateurs. Kemneloum Delphine, Massalbaye Tenabaye, Dobian Assingar, Jacqueline Moudeina ont régné sans partage. Une discrimination à la limite du mépris des autres Tchadiens auxquels ils prétendent pourtant défendre les droits !


Dobian Assingar a laissé sa place à Massalbaye Tenabaye qui sera remplacé plus tard, dans quelques années, par le cousin du premier.


Kemneloum Delphine grâce à son fameux Comité de Paix et de Réconciliation Nationale, fait le tour du monde, amasse des sommes faramineuses au nom des Tchadiens, pas seulement des Sudistes mais là de tous les Tchadiens. Quelle hypocrisie ! Avec cet argent acquis au nom de nos malheurs, Delphine se pare de l'or, construit des villas au Sud de Ndjaména.


Ces leaders de la société civile sont ni foi ni loi et bouffent en douceur. C'est ce qu'on appelle la « mangeocratie ». Contrairement à leur noble mission affichée, ces personnes, essentiellement de moralité douteuse, contribuent honteusement à accentuer les souffrances de la population tchadienne déjà très meurtrie par les années de guerre fratricide.


Aujourd'hui, les Tchadiens dans leur écrasante majorité ont bien compris ces messieurs et dames qui arnaquent sous couvert des droits de l'homme. Encore plus flagrantes, leurs activités orientées clans et régions. Ainsi, chacun d'entre nous a fait le constat suivant : s'il y a des violations des droits de l'homme dans la partie septentrionale du Tchad, ils prennent le temps de dénoncer et pondent un simple petit communiqué. Mais quand ça concerne le Sud, même une simple bagarre ou une altercation policière, nos droits de l'hommistes sautent de leurs chaises et crient à tue-tête des journées entières, ameutant leurs parrains occidentaux.


Pour exemple, j'ai personnellement eu à remarquer la discrimination de ces ADH au Tchad. En 2006, nous avons vécu presque au même moment les conflits éleveurs/agriculteurs de la zone de Moïto et le problème communautaire de Bebidja. Aucune ADH n'a fait état du cas de Moïto. En revanche, celui de Bébidja a été l'objet d'intenses démarches des ADH. Il y a une tonne d'exemples pareils. 


Les leaders de ces organisations sont complices de par leur silence des crimes perpétrés par les proches du clan du régime. Car Delphine, Jacqueline, Dobian, Massalbaye couvrent dans chacune de leurs déplacements en Afrique, en Europe et USA, les crimes abominables de Deby et de son régime. Et cela juste pour se remplir les poches ! Le cas Ibni est un exemple patent parmi tant d'autres.

Sans oublier le CRAM-TCC qui s'active dans le domaine pétrolier, reçoit régulièrement des pots de vin des compagnies pétrolières.

A suivre...

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0