Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Deal or No Deal

 
Quand les français décident dans le cas du Tchad, la solution est vite trouvée. Mahamat Nour, Nouri et Erdimi n'ont pu mieux résister que le temps de traire les vaches à Tripoli. Un coup de semonce pour le premier, une déception paralysante pour le second et un deal des samouraïs (hara-kirisant) pour Timane Erdimi.     
 
A la grande déception des rebelles, mi figue mi raisins, la France met fin à une offensive au galop des rebelles aux portes de ndjamena. Dans le grand secret des communications entre les Erdimis et les français, Mahamat Nouri et les autres et les autres furent surpris du retrait de Timane de la course. Afp-Rfi restent sur leur soif et Nicolas Sarkozy de conclure :".... maintenant qu'on laisse le Tchad tranquille." En d'autres termes, " désolé si c'est ça a rébellion tchadienne avec tout le boucan derrière... pardon !" La querelle des chefs de guerre pour le grand fauteuil a eu raison d'eux. La France débarque a nouveau un général en treillis, tout balbutiant, étourdi par les bruits des canons au Palais rose. Un re-apprentissage difficile au sommet d'un Etat, Idriss Deby le miraculé reprend du poil de la bête. Il arrive même à exhiber un arsenal militaire flambant neuf.
 
 C’est en France que le fils de Idriss Deby avait été assassiné. Brahim Deby était déjà vu aux commandes de la république du Tchad pour succéder à son père qui faisait son éloge lors de ses déplacements à Paris. Mais comme toujours, ce sont les piètres en analyses politiques qui se laissent avoir par le Quai d'Orsay et l'Elysée. Deby, acculé en cette période par la maladie et ses parents, songeait à la future dynastie des Itno au Tchad. En véritable adepte de la Francafrique mais moins intelligent que les autres, il sacrifiait un fils sous le motif d'un "coup crapuleux" dont certains coupables courent encore. Erreur de jugement hâté et pour cause Nouri, les goranes payèrent cher par le sang d'une certaine Dochi Korey. L'enjeu est de taille et Brahim Deby est éliminé de la succession par les français. Dans ce clan zaghawa ou se joue désormais les intérêts français Timan fait ses pas. Dès les rumeurs de sa désignation à la tête de la rébellion UFR et donc, probable successeur à Deby, cette fois, c'est sa soeur Betchie qui paye pour la même mort. Scalpée en public dit-on. Le président des Itnos ne trouve pas encore le prochain successeur. La France, à sa manière, navigue aisément. Une manière qui ne trompe personne au vu du traitement et de l'animation des informations par RFI-AFP.  Deby ne doute pas d'un abandon et écourte un check-up médical. Voici que subitement, les militaires français et leurs jaguars se retirent du Tchad. L'alerte est au maximum.  Mahamat Hissein et Hassane Guedallah se relayent et traduisent une communication gouvernementale inefficace, incohérente et un climat morose de psychose.
 
L'Elysée a deux raisons pour justifier ses ingérences.. Disons ses intérêts. Empêcher les chinois d'étendre leur visées sur le reste des bassins pétroliers de la sous région, Tchad-RCA et installer un nouveau régime a sa dévotion au Tchad. Le terrain est propice. L'ingénieuse mascarade du Darfour marche bien tout comme le deal avec le prochain zaghawa tchadien capable de manoeuvrer. Qui mieux que le milliardaire Timane ? Mais le neveu de Deby désormais dans la tourmente, un lobby de taille dans la rébellion ne parviendra a bout de son rêve que, sauf si le président Omar Hassan Al Bachir prenait en otage le reste des leaders tchadiens, les mettre devant un fait accompli. Les carottes sont cuites pour  tout le monde et le vin est servi. Sauf un seul désiste. M Ahmat Hassaballah Soubiane, un arabe de la région, leader du Front pour le Salut de la République, FSR. Sommé de ne pas torpiller le bateau mais pour combien de temps ? Le Soudan, terre d'accueil de la rébellion tchadienne est dans des beaux draps, dit-on par ailleurs.  Il sait que cette résistance risquerait d'échapper à ses désirs. L'Elite tchadienne de la diaspora et dans le maquis garde la même réaction farouche vis a vis de l'ancienne puissance colonisatrice. A moins que la décision qui fit fléchir des personnes comme Bichara Idriss Haggar du CNR et Adoum Yacoub Kougou du FPRN est digne d'intérêts et de business comme celle des Erdimis, vraisemblablement. UFR bienvenue la rébellion des français.
 
La liste des membres du gouvernement de l'UFR est publiée avec deux postes vacants. Cherche t-on des compléments du sud du pays ou bien sollicite-on la rentrée des délégués du FSR. En tout cas pas ce dernier. Acteur jusqu'au manifeste, il aurait claqué la porte et même prêt à plier bagages quand il s'est vu intimer l'ordre de rester calme. Ce qui normalement réduit le nombre à 7 sur 8, pour l'acceptation de Timane. Soubiane est connu pour ses décisions courageuses comme aux premières heures. Cette fois une décision qui embarque la grande majorité des arabes. Timane, sans les arabes. Du côté de Nouri, les goranes gèrent leurs affaires méticuleusement. Ce que redoutent les états majors suite a ce forcing, c'est l'injustice et la surenchère ethnique. A l'heure qu'il est un mutisme marqué de non dits se lit de par et d'autre comme pour dire, à quoi ressemble finalement cette lutte ?
 
A.Abdallah Rakhis
sydaliahmad@yahoo.com

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :