Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

N'djaména est depuis plusieurs mois voire plusieurs années une une ville fantôme. L'insécurité amenée dans les bagages du MPS a tout tué.

La population de N'djaména ne vit que dans la journée. Une fois la nuit tombée, tout le monde se hâte à boucler les dernières courses et se barricader avant 21 heures. Car les nuits de N'djaména jadis chaudes et animées, sont aujourd'hui tristes et terrifiantes. L'insécurité et les crimes crapuleux ont fini par s'installer définitivement dans les moindres coins de la capitale tchadienne.


Contrainte, la population aussi a fini par s'auto-décréter un couvre-feu permanent. Le week-end, les gens plus ou moins nantis s'offrent une randonnée à Maroua ou Garoua pour humer un peu l'air de la tranquillité et passer une ou deux nuits paisibles sans entendre des cris de détresse ou des coups de feu. Les autres s'aventurent à Kousseri pour un samedi soir sans histoire.


Malgré ces mesures drastiques et désobligeantes, les agressions nocturnes à domicile sont monnaies courantes. Les différents centres hospitaliers de N'djaména enregistrent quotidiennement des victimes présentant des blessures avec armes blanches, armes à feu, sinon de cas de viol ou de bastonnades.

Les femmes sont particulièrement ciblées. On ne dira jamais assez le traitement cruel dont elles sont victimes. Leurs bourreaux sont en général ceux-là même qui devraient en principe les protéger. Leurs biens, notamment les bijoux, sont systématiquement volés.


Les familles de ceux qui se sont rebellés contre le régime abominable d'Idriss Deby Itno sont les cibles « légales » et préférées de ces vauriens. Intimidations, menaces, provocations, arrestations, brimades, tortures voire empoisonnement sont leurs lots quotidiens. On peut citer ici plusieurs cas avec filiation à l'appui.

La dernière victime en date et qui nous ravive notre mémoire sur toute la cruauté et le barbarie de ce régime Deby est en effet l'assassinat odieux de la sœur des Erdimi. Il manque vraiment des termes pour qualifier un tel meurtre. Que ceux qui côtoient encore ces criminels en liberté sachent que quelle que soit leur servitude, leur vie n'a aucune valeur aux yeux de leurs maîtres de circonstance. Ces derniers n'hésiteront pas à leur arracher au moindre problème. Toutefois, ils doivent savoir qu'il n'est jamais trop tard pour se mettre à l'abri, sauver sa vie et celle de ses proches.


Face à cette criminalité agissante et cette impunité criarde où le peuple manifeste à domicile, crie dans le silence son désespoir, les organisations censées défendre leurs droits élémentaires se murent elles aussi dans un silence honteux voire complice. Les fameux défenseurs des droits de l'homme ou mieux les droits de l'hommistes se font tout petit et passent comme si rien ne fâche au pays d'Idriss Deby Itno. Comment expliquez-vous ce silence ou cette indifférence ?


Où sont donc passés les Jacqueline Moudeina, Dobian Assingar et les autres racailles ? Si présents et bruyants dans l'affaire HH, ils ont même un temps réclamé l'avion présidentiel pour leurs différents déplacements entre N'djaména, Bruxelles, Paris et Dakar. C'est vrai que là on parle d'affaire ! Voyager, dormir dans des hôtels luxueux même si on sait que maintenant certaines préfèrent plutôt louer des studios meublés à 10.000 F Cfa la nuitée et faire l'économie de ces frais de mission payés en dinar libyen. Ceci explique comment des droits de l'hommistes sont aussi de grandes commerçantes de nos jours, elles achètent et revendent à N'djaména et Moundou au prix fort. La douane et les impôts n'y voient que du feu.


Avec Deby, vaut mieux attendre quand il ne sera plus au pouvoir se disent-ils. Comme on dit chat échaudé craint l'eau chaude.






Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :