Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elle ne voit pas pourquoi elle 'n'assumerait pas : oui, j'ai inspiré Obama et ses équipes nous ont copiés'. C'était au temps où elle était candidate à la présidence et où Barack Obama envisageait seulement de réussir à l'être. Il a envoyé une équipe à Paris étudier son site Désir d'avenir. 'Chez nous ils ont enregistré les idées de 'gagnant-gagnant', de 'citoyen-expert''

Ensuite, M. Obama a adapté sa 'démocratie participative' à la mode américaine, 'fort différente de l'européenne'. Aux Etats-Unis, tout n'est que 'communautés' ethniques, religieuses, culturelles, urbaines, même les quartiers d'habitations s'intitulent 'communities'. En Europe, on parlerait de collectivités, de mouvements, d'associations, de réseaux. Mais l'idée, dit-elle, lundi 19 janvier, à Washington, est la même : refonder la manière de faire de la politique, la relation entre les élites et le peuple.

Ségolène Royal est à Washington parce qu'elle a "le sens de l'histoire". Et surtout, ce moment-là, elle avait "envie de le sentir autrement que devant un écran de télévision". Soudain, on lui apporte une enveloppe. A l'intérieur, le ticket béni. Elle ne sera ni au premier rang, ni même au vingtième. Mais elle aura été là, à 200 mètres du lieu ou Barack aura prononcé les mots d'acceptation qui en auront fait le 44e président des Etats-Unis. Elle pourra dire "j'y étais" et se moque bien des commentaires aigres-doux qu'elle pourra susciter, à gauche ou à droite, en France.

Sylvain Cypel
Le Monde

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0