Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quatre suspects ont été arrêtés mercredi et jeudi en région parisienne. Les enquêteurs privilégient la piste du crime crapuleux. Brahim Déby avait été retrouvé mort asphyxié en juillet 2007, au pied de son immeuble des Hauts-de-Seine.

 


Les quatre personnes interpellées mercredi et jeudi en région parisienne dans l'enquête sur le meurtre en juillet 2007 du fils aîné du président tchadien, Idriss Deby, ont été mis en examen pour meurtre et placés en détention provisoire, a indiqué samedi 29 novembre le procureur de Nanterre, Philippe Courroye.
Placés dans quatre maisons d'arrêt différentes "compte tenu de la nature des faits et de leurs versions différentes : deux reconnaissent leur participation, un conteste, et un ne dit rien", les quatre suspects sont mis en examen pour "meurtre en bande organisée et vol avec arme en bande organisée", explique Philippe Courroye.

Crime crapuleux ?

Un cinquième homme également suspecté d'être impliqué dans ce meurtre a été placé sous écrou extraditionnel après avoir été interpellé en Roumanie, précise le procureur de Nanterre. Il devrait être transféré prochainement vers la France. Selon une source judiciaire, le parquet avait requis la détention pour les quatre suspects, âgés de 26 à 29 ans.
Vendredi, une source proche de l'enquête avait précisé que le crime crapuleux était l'hypothèse privilégiée pour l'instant par les enquêteurs, au vu du passé judiciaire du défunt.

Asphyxié par de la poudre d'extincteur

Le 2 juillet 2007, Brahim Deby, âgé de 27 ans, fils aîné du président tchadien Idriss Deby, avait été retrouvé asphyxié dans le parking de son immeuble de Courbevoie (Hauts-de-Seine), le corps recouvert de poudre d'extincteur. Les expertises en toxicologie avaient confirmé la présence de poudre d'extincteur dans son organisme, à l'origine de l'asphyxie.

Connu des services de police français, entre autres pour diverses affaires de stupéfiants, Brahim Deby avait été condamné en juin 2006 par le tribunal correctionnel de Paris à six mois de prison avec sursis pour "port d'arme" et "détention" de drogue.

Tag(s) : #Flash infos

Partager cet article

Repost 0