Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Plusieurs attaques coordonnées

Hier soir, une série de tirs et d'explosions se sont déroulés en différents endroits de Bombay (Inde): la gare, plusieurs restaurants et des hôtels.

D'après la police locale, plusieurs hommes armés de fusil d'assaut AK-47 ont fait irruption dans le hall de la gare centrale Chhatrapati Shivaji et ont ouvert le feu et lancé des grenades.

Parallèlement des attaques ont eu lieu dans un hôpital, un commissariat, les palaces Taj-Mahal et Oberoi, ainsi que dans un autre hôtel et dans un restaurant, le Leopold's, Des endroits très fréquentés par les touristes. Selon plusieurs témoins, les terroristes cherchent à garder en otage les ressortissants étrangers, particulièrement britanniques et américains. Des fonctionnaires de l'Union Européenne étaient présents dans l'hôtel Taj Mahal comme le député européen Ignasi Guardans.


La police impuissante face aux preneurs d'otages

Selon la police de Bombay, des assaillants seraient encore retranchés dans les deux palaces ainsi qu’à l’hôpital Cama et détiendraient des otages.

Plusieurs otages ont été libérés par les forces de l’ordre au Palace Taj Mahal, qui est actuellement la proie des flammes, suite à l'explosions de grenades. Les otages ont été libérés en début de matinée. La marine indienne annonce avoir araisonné un cargo qui pourrait avoir débarqué les terroristes dans la ville.

Vers 11 heures, une deuxième série d'explosions se fait entendre : au Taj-Mahal, alors que la police était sur le point de venir à bout de la résistance terroriste, à l'autre hôtel pris en otage Le Trident - 200 personnes y seraient encore retenues, selon la chaîne NDTV- et à Nariman House.


Le dernier bilan de ces attaques terroristes fait état d’au moins 100 morts et de 200 à 350 blessés. D'après la chaîne de télévision indienne NDTV,
citée par le Parisien, il y aurait 9 occidentaux parmi les morts. "C'est le 11 septembre indien" peut-on entendre sur la chaîne. Parmi les victimes, dont un Italien. Pas de Français, enfin pas encore.


Qui revendique ces attaques ?

Plusieurs médias indiens ont reçu des courriels revendiquant cette série d’attentats meurtriers de la part d’un groupe islamiste, les "Moujahidine du Deccan".


L'Inde, souvent frappée par le terrorisme

A la fin du mois d’octobre, une série d’explosion qui avait touché l’Etat indien d’Assam, dans le nord-est de l’Inde avait été revendiqué par un groupe inconnu, les "Forces de sécurité islamiques-Moudjahidine indiens".Cette série d’explosions avait fait près de 80 morts.

Il y a six semaines, c’était la capitale indienne qui était visée par une série d’attentats à la
bombe sur plusieurs marchés très fréquentés de New Delhi, faisant 20 morts. Ces attentats avaient été revendiqués par une organisation, également inconnue de la police indienne, les "Moujahidine indiens".


"Je ne suis pas sorti de chez moi"

Europe 1 a joint un Français qui habite à proximité de l'hôtel Taj-Mahal. Il décrit une ville en état de siège. "Je ne suis pas sorti de chez moi : j'ai entendu des bombes à partir de 22h30 heure locale. Des collègues m'ont appelé pour me dire de ne pas sortir. De ma fenêtre, je vois une rue complètement vide, alors que normalement, c'est très animé. L'hôtel Taj avait été transformé en bunker et curieusement, la sécurité s'était allégée depuis quelques jours."

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :