Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Jean Ping a affirmé avoir récolté lors de son séjour en RD Congo, des données fiables qui permettront à l’Union Africaine de résoudre durablement la crise actuelle.

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Jean Ping, a fait savoir dimanche à Kinshasa que l’Union Africaine va s’impliquer dans la résolution de la crise qui frappe l’est de la RD Congo.

Le Chef de l’exécutif africain a par ailleurs annoncé la décision de création, avec effet immédiat d’une mission de l’Union Africaine dans le pays.

Jean Ping a aussi souligné que l’UA ne dispose pas encore des preuves de la présence des troupes rwandaises aux côtés du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de l’ex-général congolais Laurent Nkunda.

Le président congolais Joseph Kabila a affirmé il y a quelques jours que le Rwanda n’était "pas innocent" dans la reprise des combats au Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), entre l’armée et la rébellion de Laurent Nkunda. "Le Rwanda n’est pas loin des événements qui se passent actuellement au Nord-Kivu, il n’est pas innocent non plus", avait-t-il déclaré au cours d’un point presse, à l’issue d’un séjour de travail de six jours à Goma, la capitale de cette province.

"Si les observateurs de l’UA basés à l’est confirment ces allégations, des mesures appropriées seront prises et appliquées par l’UA à l’endroit du Rwanda", a déclaré Jean Ping lors de son séjour en RD Congo.

La coopération avec l’ONU

Il a mis en exergue la responsabilité des Nations Unies, en matière de la paix et de la sécurité dans le monde, se référant à la région de Darfour, au Soudan, où les troupes de l’UA et celles de l’ONU travaillent en étroite collaboration.

"Je crois que la situation qui prévaut à l’est de la RDCongo ne peut laisser le président de la Commission de l’Union Africaine indifférent", a-t-il déclaré, qualifiant la situation dans l’est de la RDCongo de préoccupante dans la mesure où "elle pouvait dégénérer et menacer la paix et la sécurité de la sous-région et du continent", a-t-il souligné. "Nous allons nous entretenir avec les Nations Unies et la communauté internationale en général sur cette situation pour décider des mesures à prendre".

Depuis le mois d’août dernier, dans la province du Nord-Kivu, les rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) dirigé par le général déchu, Laurent Nkunda, ont attaqué les positions occupées par les Forces armées de la RDCongo.

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0