Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« L'affaire Hissein Habré est une affaire où les violations sont la règle du jeu » lançait Me El Hadj Diouf, Avocat de l'ancien Président Tchadien lors de la conférence de presse tenue à Dakar le 22 septembre dernier devant un parterre de journalistes de la presse nationale et internationale.

Rappelons que durant cette conférence de presse choc et riche en rebondissements, les deux Avocats du BOSS (le collectif attend d'autres Avocats Africains et occidentaux) ont relevé une série d'irrégularités qui caractérisent cette affaire depuis plusieurs années. Ils ont dénoncé tour à tour le mandat de l'Union Africaine (UA), l'implication des autres factions militaires tchadiennes, la guerre Tchad-Libye, les modifications anti-constitutionnelles au Sénégal, le rôle du président Abdoulaye Wade et de son ministre de la Justice, la nomination des juges d'instructions alors même qu'il n'existe aucune plainte contre leur client.

Ce dernier point a été un véritable électrochoc parmi l'assistance très nombreuse dans la salle de conférence de l'hotel indépendance de Dakar. Chose totalement invraisemblable pour tout ce beau monde qui suit cette affaire depuis près de 10 ans déjà. Certains n'en croyaient pas à leur oreilles, et il a fallu aux Avocats du Président Habré de le marteler à plusieurs reprises en prenant à témoin le Ministre de la justice du Sénégal qu'ils avaient rencontré auparavant, Me Madické Niang, par ailleurs ex-avocat d'Hissein Habré en 2000-2003.

Depuis cette sortie fracassante, vous avez sans doute relevé le silence assourdissant qui a caractérisé la partie adverse, généralement bruyante et tapageuse. Elle qui par la voix de Me Jacqueline Moudeina demandait il y a quelques jours encore à la Justice sénégalaise de convoquer dare-dare l'ancien « dictateur » de N'djaména pour l'inculper.

Eh bien, ce fut une véritable douche froide pour cette bande d'escrocs, de trafiquants d'armes, d'affairistes, de porteur de sac et de pauvres types. Même le président Abdoulaye Wade, d'habitude friand de cette affaire, n'a pipé mot. Ce fut la panique générale.

La bande s'est donc réveillée brutalement et a dû mobiliser en vitesse toute sa troupe. Certaines personnes qui attendaient tranquillement derrière le rideau jusqu'à ce que les choses soient plus précises, ont été contraintes de s'afficher car l'heure est grave. Dare-dare, c'est Jacqueline Moudeina qui a atterri à Dakar, entourée des racailles de la Raddho, de l'Ondh, de HRW, elle a conduit 14 personnes (cobayes voudrais-je dire !) dont 12 tchadiens et 2 sénégalais devant le Procureur de la République pour déposer une plainte contre.......... Hissein Habré. Les Avocats de ce dernier avaient donc dit vrai, qu'il n'y avait pas de plainte contre leur client.

C'est une victoire incontestable en attendant qu'ils examinent les plaintes. Mais d'ores-et-déjà, les informations captées sur les différentes déclarations des droits de l'hommistes montrent que c'est bien le fameux rapport commandé par Idriss Deby en 1991 au Magistrat Mahamat Abakar (aujourd'hui avocat de la famille d'Ibni Oumar !) qui a été dépoussiéré, tronqué et déposé à la hâte sur la table du Procureur. Un rapport qui a été jugé fantaisiste et rejeté en 2000 par le Juge d'instruction Demba Kandji.

Les Avocats d'Hissein Habré n'ont pas encore réagi à cette action de la bande de Jacqueline. Toutefois, vous pouvez les joindre à Dakar sur leur téléphone portable pour avoir plus d'informations.

A suivre...

- Jacqueline Moudeina : 00-221-76-382-22-26  
- Dobian Assingar        : 00-221-77-108-49-05
- Clément Abaifouta     : 00-221-77-108-49-06

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0