Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Lac-Tchad jadis s’étendait une superficie large de 25.000 Km² et faisait le bonheur des populations avoisinantes du Tchad, Niger, Nigeria et Cameroun. Aujourd’hui, les environnementalistes évaluent la surface des eaux à moins de 10.000 Km² pour une profondeur d’environ 2m. Pourtant, on recense encore plus de 180 espèces différentes de poissons qui font nourrir tout le Sahel et même au-delà, soit à peu près 130 millions de bouches.

Le lac-Tchad sera-t-il sauvé d’une disparition programmée ? Les hydrologues jugent inévitable si des actions concrètes ne sont pas entreprises d’ici peu de temps. A croire notre compatriote monsieur Ahmed Sedick, expert en la matière, la volonté politique existe aussi bien auprès des Etats africains que de la communauté internationale. Un projet financé à hauteur de 6 millions de dollars permettra de drainer des eaux à partir du fleuve Oubangui en RCA pour alimenter le lac-Tchad via ses deux affluents que sont le Logone et le Chari.

Les Etats-Unis qui pompent le pétrole tchadien sans contrôle ni retenue, la France qui vend des équipements militaires à Deby afin qu’il anéantisse davantage la force ouvrière tchadienne, la Libye qui construit des hôtels et des complexes commerciaux pour se distraire et se prostituer au Tchad, devraient plutôt soutenir un tel projet qui s’avère plus que vital pour les populations tchadiennes en particulier et sahéliennes en général.

Ailleurs, les gens se mobilisent contre l’avancé du désert qui ne tardera de frapper à leur porte. Ils parcourent le monde entier pour solliciter des subventions afin de réaliser une muraille verte qui partira de Dakar à Djibouti.

Au Tchad, nous avons le seul véritable grand lac au milieu du continent africain. Ce lac présente des potentialités incommensurables, non seulement en ressources halieutiques mais aussi en agriculture (polders, terres arables et propices à toutes les cultures) et regorge sans nul doute du pétrole en qualité et quantité industrielle (projet de Rig-rig).

Malheureusement, les énergies sont déployées ailleurs pour débarrasser le Tchad d’un cancer incurable qu’est le régime MPS. Les apatrides qui collaborent avec le satan le jour et pactisent avec le diable la nuit, méritent bien le châtiment suprême : la pendaison.   

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0