Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


L’union des forces pour le changement démocratique (UFDC), un des mouvements armés opérant à l’Est du Tchad, traverse une crise de confiance sans précédent.

En effet, les informations concordantes en provenance du front Est font état de sérieux problèmes aussi bien au sein de l’état major militaire que parmi la troupe de l’UFCD. Le mouvement rebelle dirigé par le Colonel Adouma Hassaballah serait aujourd’hui victime des tergiversations de ses instances dirigeantes et cela fait gronder les hommes de troupe.

La tourmente serait l’œuvre des rumeurs, des intrigues et des manipulations de toutes sortes télécommandées depuis Paris et même N’djaména. Ces manœuvres stériles ont eu raison des responsables du mouvement dit des « Ouaddaïens ». L’UFCD, sous l’impulsion des gens désœuvrés tapis à l'ombre depuis fort longtemps, va quitter l’alliance nationale (AN) et s’engager pour la nième fois dans une structure aux pieds d’argile. Faut-il encore rappeler que le RND du Colonel Adouma était une décomposition du RDL puis du FUCD et en fin de l’UFDD ?

L’UFCD, dernier mouvement rebelle né, après avoir longtemps tourné à huis clos, réglé et ajusté ses rangs à n’en plus finir, inventé toutes sortes d’excuses pour retarder la mise en marche de la machine à broyer du Deby, va se résoudre finalement à engager ses lieutenants sur le terrain face aux chars de Deby.

Seulement voilà, la réalité du terrain en solo s’avère différente et bien plus dure qu’on veuille le faire croire à Reims. Aujourd’hui, ce n’est un secret pour personne et ce malgré les tintamarres enregistrés çà et là, l’UFCD n’a pas rempli son contrat dans les dernières offensives à l’Est. Les localités de Goz-beïda, de Mangalmé et d’Amdjérima ne sont pas des cibles militaires privilégiées car elles ne constituent pas une forteresse gouvernementale. 

La réalité des choses était bien à Adré, Mongo, Abéché et bien entendu Am-zoer. Et c’est bien dans cette dernière ville que les hommes se sont affrontés et où les commentaires et les hommages fusent de toute part. Cela nous pousse à s’interroger sur ce qui s’est passé à Goz-beïda et ailleurs. Est-ce nécessaire car tout le monde le sait bien. L’UFCD a battu en retraite sans même que les forces de Deby aient eu à gaspiller une seule balle !

N’étant pas sur le terrain auprès de ses hommes, le Colonnel Adouma Hassaballah a fini par exacerber ses troupes qui ne comprennent plus ses décisions prises à l’encontre de l’évolution sur le terrain militaire. Le soldat de l’UFCD est informé de l’engagement de son mouvement par rapport à l’AN et quand il constate que pour des raisons de politique politicienne de bas étage qu’il n’a pas pu tenir parole, cela affecte profondément son honneur et son orgueil. Les hommes de l’UFCD ont bruyamment manifesté leur désapprobation des ordres de leur état major. Une véritable mutinerie couve au sein de ce mouvement d’où la panique de l’état major qui adopte depuis un profil bas et marche la tête baissée, la voix petite.

On ose croire que c’est l’ultime erreur, une récidive risque de faire éclater le ballon (ambouba) qu’est l’UFCD. Alors soyons sérieux la prochaine fois !

Tag(s) : #Rumeurs

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :