Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Heureux comme Youssouf Saleh Abbas, tu meurs. Figurez-vous, le nouveau et probablement le dernier Premier ministre de Deby, plane encore dans l’atmosphère jubilatoire créée par sa désignation à la primature de la République.
En effet, M. Youssouf Saleh Abbas affiche un sourire Debyque et un optimisme de façade qui laisse songeur plus d’un observateur. L’homme joue t-il la comédie politique où pense t-il sérieusement que c’est lui l’oiseau rare que cherche le criminalo-mégalomane Idriss Deby Itno ?

Le gouvernement d’Idriss Deby Itno n’a rien d’enviable : la machine administrative a été déplumée depuis belle lurette de ses maigres moyens rudimentaires, le principe du service public a été abrogé institutionnalisant ainsi la corruption à tous les niveaux de l’Etat, facilitant les détournements massifs des biens publics, les nominations fantaisistes des proches du régime et l’émergence de tout un réseau de trafic de documents administratifs. La carte d’identité, le passeport et le permis de conduire peuvent être délivrés à Kousseri. Le Commissaire Djim Allasra est un rabatteur connu de ce trafic honteux. Il commerce avec de gros bonnets de la République.

Outre un appareil administratif rouillé et poussiéreux, la conjoncture économique explosive (en Afrique et même en Occident), le climat social exécrable à N’djaména en particulier avec les démolitions – vols des habitations d’honnêtes citoyens, l’insécurité permanente dans nos villes, villages et routes, et surtout l’ambiance de fin de règne avec l’offensive programmée des forces rebelles, Youssouf Saleh Abbas (YSA) trouve tout de même le moyen de faire croire à ses compatriotes qu’avec lui tout un règne criminel de 18 ans bientôt n’est qu’un mauvais cauchemar et qu’il y a lieu d’espérer encore pour son duo avec Deby à la tête de l’Etat tchadien.

Pour cela, YSA, conseillé par ses amis de quartier et d’exil qu’il a parachutés à la primature, nous sert un modèle de gouvernement déphasé et purement pédagogique. Tel un professeur de collège, YSA fait l’appel de ses 27 ministres de la République. Chaque jour, aux environs de 9 heures du matin, le PM les appelle sur leur ligne directe de bureau pour savoir s’ils sont bien en place. Mais le contrôle de présence revêt une forme particulière, teintée de sympathie voire de complicité, en tout cas loin d’un chef de gouvernement exigeant qui cherche à vérifier si tous ses hommes bossent.
Si certains se moulent bien dans cette hypocrisie tchadienne, d’autres vieux loups de la République trouvent cela exacerbant et pas du tout amusant. C’est ainsi que le jeudi dernier, YSA sonne le bureau du Général Kamougué. Après les échanges des commodités, Kamougué, d’un ton ferme, enchaîne : « petit frère, vous ferez mieux d’aller lorgner ailleurs, ce sera plus utile pour vous car ici, franchement il n’y a rien à contrôler, ni à faire d’ailleurs. ». Et le Premier ministre de jurer sur tous les saints que tel n’était pas son intention.

Le couple présidentiel quant à lui arrive dans ses bureaux aux environs de 10h30, à 11h15 précise, YSA appelle pour s’enquérir si le Président et de la Présidente ont passé une bonne nuit, s’ils se portent bien, si les enfants sont toujours ravissants (YSA oublie que Hinda n’a pas encore de rejeton avec le Grand Général Tchadien ! sinon à quoi bon, l'étalon comptabilise 43 officiellement) et surtout il s’empresse de fournir un bref résumé de l’activité quotidienne du gouvernement (en 2 min max, quel débit !) sans oublier d’inventer une bonne nouvelle matinale sur la rébellion qui se chamaille, qui a faim, qui l’appelle pour se rallier, qui regrette sa trahison, …etc.

Bref, le Premier ministre veut montrer à son maître qu’il bosse réellement et maîtrise déjà tous les dossiers. Il affirme vouloir placer son action gouvernementale sous le signe de l’apaisement et annonce que la presse, les droits de l’hommiste, les partis politiques peuvent donc reprendre leurs activités normales mais toutefois ils ne doivent pas oublier la période de grâce qui est au minimum de 3 mois voire plus si on tient compte des circonstances particulières de notre pays.

YSA a déjà annoncé qu’il ne prêtera aucune oreille à la rébellion de l’Est qui n’a que des revendications personnelles, que ce sont des éléments perturbateurs et rien d’important et de sérieux. Ibni Oumar Mahamat Saleh, ne m’en parler pas de grace.
Drôle d’apaisement M le Premier ministre ! Ça sent mauvais tout ça, l’odeur de la traîtrise. YSA a trahi feu Youssouf Togoïmi avant de rallier Deby en décembre 2006. Et si Deby avait bouché les oreilles ? A la chute du régime, il pourra nous dire que j'ai combattu le système de l'intérieur, Sacré YSA !

Entre temps, les grandes escroqueries de Deby-Younousmi continuent, les pauvres citoyens sans défense sont spoliés quotidiennement de leurs habitations et de leurs biens, la banqueroute a pris une allure folle, l’insécurité grandissante, pire les nouveaux « voleurs » sont là et surtout pressés à remplir les poches car malgré tout, personne n’est dupe. C’est la real politik au Deby land.

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0