Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



La chasse aux bandits du MJE est presque terminée, l’armée soudanaise a fini d’enterrer les cadavres, placer les blessés dans les hôpitaux sous surveillance et les prisonniers de guerre là où on doit les ranger.

 

De l’avis général, l’assaut du MJE sur Omdourman fut un échec retentissant, aux conséquences lourdes, prévisibles et dont les secousses ont fait trembler le palais rose de N’djaména. Le locataire est devenu encore plus fou et enragé, il a déjà balancé plusieurs verres de whisky au visage de ses proches collaborateurs.

 

Dans ce bras de fer, Idriss Deby Itno a joué et a perdu. Le MJE constitue pour lui la dernière carte de survie face à la rébellion de l'Est de plus en plus importante et déterminée. Deby a utilisé le MJE en février dernier pour avoir la vie sauve mais il sait pertinemment que l’échec de la rébellion à N’djaména est dû en grande partie à cause de ses divergences internes. Ces dernières sont aujourd’hui réglées.

 

Dans ce conflit inter-tchadien, le jeu de la France par l’entremise de son dispositif militaire Epervier a été mis à nu et son intervention en faveur du dictateur Deby a été sévèrement condamnée par  communauté internationale. Surtout que le monstre de N’djaména, aussitôt sorti de sa cage, aussitôt assoiffé de sang, il s’en prend à la société civile, à l’opposition démocratique. Ca fait plus de 100 jours que M Ibni Oumar Mahamat Saleh a été enlevé par les sbires de Deby et dont on est sans aucune nouvelle depuis. La France s’est diplomatiquement lavée les mains de ces massacres de février dernier qui ont atteint 700 morts officiellement. Elle devra trouver un autre argument que celui du rapatriement de ses ressortissants si elle tient encore à son soldat.

 

Mais Deby voit le danger surgir de partout, tout est rouge. Alors, il ordonne la construction des tranchées aux alentours de N’djaména, le déracinement des arbres centenaires, le rasage des quartiers jouxtant son palais. Il achète des quantités énormes d’armes de tout genre et de tout calibre qu’il distribue gracieusement au MJE. Mais ce n’est toujours pas suffisant aux de Deby qui, en grand peureux, ne peut pas patienter. Il offre 3,6 milliards de francs Cfa à Ibrahim Khalil et le convainc d’attaquer Khartoum pour renverser le Président Oumar Hassan El Béchir.
Les officiers français de l’Epervier, les forces de l’EUFOR et les forces hybrides des Nations Unies présentes au Darfour ont tous laissé faire voire encourager cette initiative. Pour Deby, c’est un pari, une sorte de roulette russe. Si ça passe, il espère couper l’herbe au pied de la rébellion de l’Est mais si ça capote, c’est sa mort assurée.

 

Le MJE décapité, Idriss Deby Itno se rappelle subitement que le RFC est toujours en attente entre Tripoli – Khartoum et l’Est du Tchad. Il appelle son négociateur en chef, le non moins Général Adoum Togoï. Ce dernier lui fait comprendre qu’avec la cherté de la vie actuelle, trouver des hommes prêts à mourir pour un régime agonissant comme le sien est chose rarissime. Adoum Togoï informe Deby que l’échec d’Omdourman a redonné espoir aux combattants du RFC qui risquent de se précipiter au front et prendre bientôt la route de N’djaména aux cotés des autres frères de la rébellion de l’Est. Le RFC a revu à la hausse ses prétentions et réclame plusieurs milliards de francs. Adoum Togoï et Deby se sont mangés les oreilles au téléphone. Déjà, une rencontre a eu lieu dans ce sens entre les responsables du RFC et ceux de l’AN. La marche sur N’djaména n’est qu’une question de jour.

 

Ps : La roulette russe est un "jeu" consistant à mettre une cartouche dans le barillet d'un revolver, à tourner ce dernier de manière aléatoire, puis à pointer le revolver sur sa tempe avant d'actionner la détente. Si la chambre placée dans l'axe du canon contient une cartouche, elle sera alors percutée, et le joueur mourra ou sera blessé.  

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0