Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog




Le Capitaine Mahamat Nour, ex-président du FUC, ne serait plus enfermé à l’ambassade libyenne de N’djaména. Tout le monde s’accorde sur ce point. Mais comment a-t-il quitté la chancellerie libyenne ? A cette question, chacun va de son analyse et de ses sources d’informations.

 

Pour certains, Mahamat Nour Abdelkerim a quitté tout naturellement l’ambassade libyenne et se serait passé sous le nez des agents de l’ANS postés 24H/24 pour l’empêcher justement de s’y évader. D’autres affirment qu’il a été conduit en Libye par Mr. Abderahmane Moussa suite à un compromis intervenu entre Deby et Khadafi en décembre dernier à Paris. On a aussi parlé d’une évacuation pour raison humanitaire à Dubaï puis aux îles Seychelles où il serait finalement convalescent.

 

Toujours est-il que le régime Deby n’a rien laissé entendre sur le sort de l’ex-ministre de la défense. La Libye a observé un profile bas inquiétant sur le cas de Mahamat Nour d’autant plus que c’est sous l’égide du gouvernement libyen que l’accord de paix a été signé entre le RDL et le gouvernement tchadien. L’intéressé lui-même n’a donné aucun signe de vie concret. On l’a dit malade (empoisonné), convalescent et finalement en intense tractation avec les autorités soudanaises pour un éventuel retour au maquis.

 

Au-delà de toutes ces rumeurs, il y a lieu de s’interroger sur les chances du Capitaine Mahamat Nour de revenir au devant de l’actualité tchadienne et surtout le rôle qu’il pourrait bien jouer maintenant.

 

Rappelons que le Soudan a énormément et longtemps investi dans la rébellion de Mahamat Nour. A la fin de l’année 2005, les désertions massives de l’armée tchadienne ont permis la création de plusieurs mouvements rebelles à l’Est du Tchad, en territoire soudanais. Les autorités de ce pays, désabusées par le soutien massif du Tchad aux rebelles du Darfour, vont  pousser le jeune Capitaine à s’ouvrir aux autres mouvements rebelles. Le FUCD (front uni pour le changement démocratique) fut créé. Il regroupe d’une part le RDL et la CNT, deux mouvements rebelles très peu impliqués dans la gestion calamiteuse du régime de Deby et d’autre part le RPJ et le SCUD essentiellement composés de proches de Deby ou de son régime. Les divergences profondes entre les différentes composantes du FUC ne permettront pas l’unité des forces rebelles tant souhaitée par les « parrains » Soudanais.

 

Pire, le RDL et la CNT vont se précipiter sur N’djaména en Avril 2006, négligeant ou ignorant certaines réalités militaires et politiques du régime de Deby. Cet échec va consacrer l’éclatement du FUC, la disgrâce du Capitaine Mahamat Nour aux yeux des autorités soudanaises et la naissance d’un nouvel élan autour du Général Mahamat Nouri, un homme qui capitalise autant d’expériences militaires et politiques et qui jouit d’une notoriété sociale sans comparaison avec le jeune et bouillant Capitaine du RDL. Les Soudanais vont tout conditionner autour de la personne de Mahamat Nouri.

 

Mai 2006 – mai 2008, bientôt deux ans que les Tchadiens croisent les mains et croient à la fin prochaine du régime criminel de Deby. Beaucoup de choses se sont passés entre temps. La mise en place de l’UFDD (=UFPD + RPJ + RND), la CMU (= UFDD + RFC + UFDD/F) et maintenant l’AN (=UFDD + UFDD/F + UFCD + UDC). Bref, la volonté de s’unir est toujours omniprésente et ce malgré les difficultés de tout ordre et de toute nature. Contrairement au FUC, l’échec de N’djaména en février 2008 n’a pas volé en éclat l’esprit de l’unité des mouvements rebelles et les chances de conquérir le pouvoir sont encore énormes.

Rappelons tout de même que les éléments du RDL n’ont pu se réorganiser à l’absence de leur Chef et ont fondu dans les autres mouvements rebelles notamment l’UFDD et l’UFCD.

 

Dans ce contexte de compromis politique autour de l’alliance nationale (AN), l’entrée en jeu de Mahamat Nour Abdelkerim ne pourrait que compliquer d’avantage la situation et retarder l’échéance finale du régime impopulaire de Deby.

Mahamat Nour se présente aujourd’hui beaucoup plus comme l’homme de Khadafi et donc des français, il aura certainement les moyens de sa politique. Il cherchera à récupérer ses hommes (Dieu sait ils sont nombreux !) et demander sa place au sein de l’AN. Tout cela nécessite du temps et des tractations politiques sur fond de méfiance. Car, nous nous posons tous la question de savoir pourquoi Deby a laissé partir Mahamat Nour Abdelkerim ? Quel rôle devrait jouer ce dernier ? Il va sans dire que pour l’immédiat, c’est Deby qui profite de la libération déguisée en fuite du chef du RDL et c’est pourquoi il ne se soucie guère.

 

Reste à savoir si les Soudanais se prêteront à ce jeu. Normalement non car cela équivaudrait à faire deux ans en arrière dans la lutte contre la mafia tchado-française au pouvoir à N’djaména. Mais en politique tout est possible, on utilise tous les moyens pour y parvenir ou pour se maintenir. Il appartient à l’AN de sensibiliser davantage autour de l’essentiel car le peuple tchadien est fatigué et souhaite la fin du cauchemar MPS et ce quel que soit le prix à payer.

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0