Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Affirmer que seul Dieu possède la vérité est tout de même un peu facile. La question ne porte pas sur l’au-delà tout de même Mr Djimé ? Il s’agit d’une situation que nous vivons et dont nous avons régulièrement des rapports. Certains sont acteurs ou victimes tandis que d’autres la vivent à distance par ces moyens modernes de communication (portable, Internet).

 

Mais enfin de quoi s’agit t-il réellement ?
 

La question mérite d’être posée puisque ceux qui écrivent des articles en longueur de journée et inondent les sites Internet et autres blogs personnels n’ont pas le courage des mots et préfèrent tourner autour du pot. Il s’agit précisément d’une question de cohabitation entre d’une part les Goranes, les Arabes et d’autre part les Ouadaïens au sein de ce qui est aujourd’hui convenu d’appeler l’alliance nationale.

Ce sont des écarts de langages irrespectueux, des comportements hautains, des actions discriminatoires qui sont aujourd’hui récriminés. Il faut dire que cet état de fait a toujours existé et est connu de tous. Il ne s’agit pas ici d’énumérer tels propos, tels gestes ou tels comportements. Tout est condamnable. C’est aussi regrettable car cela se passe dans un contexte difficile qu’est celui de la rébellion où normalement ces considérations rétrogrades et nuisibles devraient laisser la place à l’unité des cœurs et d’esprits.

 

La cohabitation imposée par l’AN, même si le brassage des hommes n’est pas encore physique, est certainement pour quelque chose. A cela s’ajoutent incontestablement les problèmes politiques que les leaders des mouvements auxquels sont rattachées les différentes communautés ne sont pas en mesure de les régler. Il est patent que les chefs, puisque véritablement il y en a plusieurs, n’ont pas d’emprise réelle sur les troupes. Comment pourrait-il l’être puisque l’entente est de façade et ne repose que sur un seul objectif : chasser Deby, le reste on verra.

Dès l’hors, la gestion des conflits internes à l’AN, la sensibilisation, la motivation, l’information, le brassage des troupes, sont des choses quasi inexistantes. Il y a des sections militaires par communauté au sein de tous les mouvements. Le cas de l’UFDD, à cause de son important effectif, est lamentable. Tout ce qui est propagé est : « mobilisez-vous, soyez prêts pour combattre Idriss Deby le dictateur ».

 

Cependant, les enjeux politiques sont réels et accentuent les divergences ethniques. Hier c’était Timane Erdimi qui refuse que le Général Mahamat Nouri soit le Chef et donc futur président au cas où Deby tombe. Cela a coûté l’échec de N’djaména. Aujourd’hui, c’est le tour du Colonel Adouna Hassaballah, l’ex-vice président de l’UFDD et actuel président de l’UFCD qui conteste ouvertement le leadership du Général Nouri. Demain ce sera le tour d’un autre chef de la coalition car après tout, il s’agit aussi de rapport de force et d’intérêt politique. L’arrivée de Mr. AlBodour Acyl, homme de lige de Kadhafi, ne présage rien de bon pour l’UFDD/F, du moins au sein de l’AN.

 

Enfin, un congrès s’impose à l’Alliance Nationale. Il permettra d’évacuer toutes ces crises rampantes, de régler la lancinante question de légitimité du leader de la rébellion et surtout de mettre en place des structures militaires et administratives qui répondent véritablement au nom de l’alliance. Le forum national promis au peuple tchadien ne sera utile que si ceux qui l’organisent ajustent au préalable leurs violons.

Aujourd’hui, la voix de l’AN est inaudible. L’absence totale d’un plan de communication rend les objectifs et le programme politique de l’AN (s’il existe ?) inconnus. On entend parfois une cacophonie indescriptible due aux multiples porte-paroles et des chargés de missions farfelus qui sillonnent les pays et racontent des bizazeris.

  

Terminons par l’acharnement de certains « porteurs d’opinions » qui s’abattent sur la personne de Tahir Bechibo. On le traite de tous les noms d’oiseaux pour avoir médiatiquement tué certains « grand » noms de la rébellion. C’est curieux car ceux-là même ont fait pareil il n’y a pas longtemps. Même Deby a été tué sur Internet ou accuser avoir liquidé Yorongar par exemple.

 

Mais la meilleure de l’absurdité est sans conteste celle de Mahadjir fils qui écrase le clavier de son ordinateur à chaque fois qu’on touche à un seul cheveu d’Adoum Younousmi. C’est son droit de le défendre, mais je trouve particulièrement incroyable de vouloir dissocier un système de ses hommes. Sans ces derniers, le système que Mahadjir lui-même admet sa cruauté et ce jusqu’à « décorer » des individus comme Djimé et Laydish, ne peut pas fonctionner. Revoyez la définition d’un système et vous comprendrez qu’aussi bien en technique ou en politique, votre plaidoyer ne tient pas. Adoum Younousmi et le régime Deby, c’est comme la porte et son cadre. C’est indissociable et c’est si simple que ça !

Tag(s) : #Politique