Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

undefined


Le Tchad, notre pays bien aimé, va mal. Il souffre de la trahison de ses fils qui, aveuglés par les jouissances de ce bas monde, torturent et martyrisent le peuple tchadien. Ils confisquent la paix, la liberté, le progrés et l’espoir de tout un peuple. Ils hypothèquent l’avenir d’un pays à cause de leurs intérêts cyniques. 
 
Heureusement qu’au Tchad, il y a encore de gens qui ont gardé leur dignité et leur honneur intacts. Ceux-là luttent les armes à la main, les stylos à la main, le clavier sous les doigts, le micro sous la bouche. Ils luttent la tête haute, les yeux ouverts, la conscience tranquille, le courage au quotidien et l’espoir sans cesse grandissant pour l’émergence d’un Tchad en paix, libre, indépendant, démocratique et prospère. Ces Tchadiens sont aussi courageux et déterminés que leurs frères qui bravent les obus des chars et des avions de l’armée française.
 
Et comment oublier nos mères, sœurs et épouses qui supportent avec toute la dignité et la fierté d’une femme africaine le lourd fardeau de gérer la famille avec les maigres moyens de bord alors que les hommes font face au feu qui ravage le pays. La femme tchadienne est incontestablement le pilier de notre peuple. Si le Tchad reste encore une nation, c’est justement parce que ce pilier tient encore. Même les enfants sont compréhensifs face aux difficultés auxquelles fait face la famille et se privent des caprices habituelles.
 
A coté de cela, il y a des Tchadiens qui ont préféré démissionner, jeter l’éponge, baisser tout simplement la culotte. On a même appris que certains ont refusé de porter secours à leurs proches parents pris dans le piège criminel des autorités françaises qui ont tout simplement opté pour le massacre des populations tchadiennes afin de créer un désastre humanitaire, justifiant ainsi quelque part leur forfait militaire et sauver tant si peu le misérable fauteuil du soldat Deby.
 
D’autres tchadiens, ils se reconnaîtront sans peine, ont préféré jouer aux malheureux, jaloux, éternels traîtres et porteurs de mauvaises nouvelles. Ceux-là qui ont un pied dedans et un pied déhors, qui trouvent la juste mesure d’être amis avec toutes les parties en conflit. Ils fréquentent aussi bien les autorités gouvernementales que les rebelles, les services de renseignements tchadiens et français et d’autres milieux très peu recommandables.
 
Aujourd’hui, s’il faut s’en tenir seulement à la lutte interne au Tchad, notre pays est libéré de l’emprise de ce pouvoir criminel d’Idriss Deby Itno. Les forces de la résistance nationale ont mis en débandade les lionnes du Mps. Le seul lion s’est terré comme un rat durant des jours et a grignoté du fromage pourri pour se maintenir en vie.
Si la France n’a pas hésité de tirer avec des armes lourdes sur nos frères et nos familles abritées dans leur domicile, c’est justement parce qu’elle pense pouvoir camoufler les crimes, les nier et pire les amputer aux forces rebelles. Mais ça ne pasera pas et cela ne restera pas impuni.
 
Le plus malheureux dans tout ça, c’est quand il y a de braves gens comme Ousmane Hissein qui bravent les intimidations, les menaces, les mensonges de certains compatriotes jaloux, mais aussi le froid et les dépenses financières quotidiennes (transport, téléphone) et parcourent tous les centres de presses parisiens pour avoir quelques secondes d’antenes pour justement briser ce rideau de mensonges et dénoncer l’implication française au Tchad, d’autres se plient en quatre pour déranger des braves gens jusqu’au front avec des ragots pour en fin de compte pondre un misérable communiqué publié de surcroit sur un support de l’ennemi. C’est un travail à la hauteur de leur sens d’honneur, de leur engagement dans la lutte contre ce régime, de leur niveau d’instructions et de réflexion, de leur petite personne. Mais comme vous le savez, le chien aboie, la caravane passe.
 
Nous luttons contre un homme dont le régime nous a privé de notre liberté. Nous n’accepterons donc pas qu’un type qui hier encore était au service du satan Deby nous dicte ce que nous devons faire et dire. Notre lutte contre le régime Mps a commencé il y a longtemps et il ne s’arrêtera que lorsque nous l’aurons anéanti. Cela veut dire que nous n’avons pas besoin de nous accrocher à une quelconque étiquette pour combattre Deby. Personne ne peut s’appropier la lutte contre Deby car cette lutte appartient au peuple tchadien tout entier.
 
Mr. Ousmane Hissein, un seul mot : continue !
Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :