Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 undefined
L'attentat du DC-10 d'UTA coûta la vie aux 170 passagers et membres d'équipages du vol UT-772 reliant Brazzaville (capitale du Congo) à Paris, via N'Djaména au Tchad le 19 septembre 1989. Il a explosé au-dessus du désert du Ténéré au Niger. Les victimes sont de diverses nationalités, majoritairement Français, Congolais et Tchadiens. Ci-dessous la nationalité des victimes : 

  • 54 Français,
  • 48 ressortissants de République du Congo,
  • 25 Tchadiens (parmi lesquels le Ministre du Plan et de la Coopération),
  • 9 Italiens,
  • 8 Américains (parmi lesquels l'épouse de l'Ambassadeur des États-Unis au Tchad),
  • 5 Camerounais,
  • 4 Britanniques,
  • 3 ressortissants de République démocratique du Congo,
  • 3 Canadiens,
  • 2 Centre-Africains,
  • 2 Maliens,
  • 2 Suisses,
  • 1 Algérien,
  • 1 Belge,
  • 1 Grec,
  • 1 Marocain,
  • 1 Sénégalais.


undefined

L'enquête du juge
Jean-Louis Bruguière a permis d'identifier 6 ressortissants libyens, hauts fonctionnaires des services secrets et de la diplomatie libyenne au moment des faits :


Abdallah Senoussi, beau-frère de
Mouammar Kadhafi, vice-président des services de renseignement libyens. Il a fourni l’engin explosif de l’attentat, donné les instructions et contrôlé les opérations.


Abdallah Elazragh
, premier conseiller à l’ambassade de Libye à Brazzaville. A remis son billet d'avion au porteur de la bombe placée dans une valise. 


Ibrahim Naeli et Arbas Musbah
, membres des services secrets libyens, spécialistes en explosifs et des questions aériennes. Ils ont vérifié l’engin explosif avant de le remettre à Elazragh. 


Issa Shibani
, membre des services secrets libyens, a acheté le minuteur — dont un fragment a été retrouvé dans les débris. 

Abdelsalam Hammouda, collaborateur de Senoussi et membre des services secrets libyens. Il était responsable de la coordination de la préparation de l'attentat.

En 1999, la Cour d’Assises spéciale de Paris a condamné par contumace les 6 libyens accusés dans cet attentat.


En 2003, à l'
ONU, la Libye reconnaîtra formellement sa responsabilité pour les activités des fonctionnaires libyens concernant les deux attentats du DC-10 d'UTA et de Lockerbie.


La Libye a dédommagé les victimes de l'attentat de Lockerbie, majoritairement Américains et britanniques, à hauteur de 10 millions de dollars par victime. Les deux Etats ont alors favorisé la levée des sanctions contre la Libye alors que la France insistait pour auprès du guide libyen pour un accord sur l'indemnisation des victimes du DC-10 d'UTA.


undefinedCe n'est que le
9 janvier 2004 que le collectif des « familles du DC10 en colère », créé par Guillaume Denoix de Saint Marc, a signé avec les représentants libyens de la Fondation Khadafi un accord concernant un dédommagement de 1 million de dollars pour chacune des familles des 170 victimes. 

Les ayants droits des sept passagers américains du vol Brazzaville-Njamena-Paris n’ont jamais accepté cet accord à l’amiable et n’ont donc pas empoché le million de dollars qui était mis à leur disposition. Ils ont préféré lancer une procédure séparée devant la justice américaine.  


Débutée en 2002, l’enquête aboutit en avril 2007 à la reconnaissance de la responsabilité, non seulement des six ressortissants libyens déjà condamnés en France, mais également de l’Etat libyen, qui a d’ailleurs été représenté par des avocats lors du procès aux Etats-Unis. Le montant des dommages et intérêt est fixé à six milliards de dollars.
 


Cette sévère condamnation intervient alors que Washington et Tripoli achèvent la normalisation de leurs relations. Le chef de la diplomatie libyenne était en visite officielle aux Etats-Unis au début du mois de janvier, une première depuis 35 ans.  La condamnation n’est cependant pas encore définitive.  La Libye a jusqu'au 25 février pour faire appel.

 

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :